Chroniques

Littérature policière

Les libraires - Numéro 106
Suspense, paranoïa, petits secrets sordides ... ou l’enfer, c’est les autres!

Suspense, paranoïa, petits secrets sordides ... ou l’enfer, c’est les autres!

Par Norbert Spehner, publié le 09/04/2018

Dans un article publié dans le numéro de novembre 2017 de la revue littéraire canadienne Quill and Quire, l’auteure de polars Hilary Davidson s’intéresse à l’émergence et au succès fulgurant du sous-genre dit « noir domestique », que d’aucuns préfèrent appeler « thriller psychologique » ou encore « suspense domestique ». Elle constate que si le polar du XXe siècle est en général un genre plutôt masculin, avec ses détectives durs à cuire du genre Marlowe, Spade ou Spencer, aujourd’hui, il a tendance à se « féminiser ».

Avec Les apparences et La fille du train, Gillian Flynn et Paula Hawkins ont en quelque sorte donné ses lettres de noblesse à ce type de récit surtout écrit par des femmes et largement destiné – dans une proportion estimée à 95 % – à un lectorat féminin. Davidson constate que dans un monde de plus en plus angoissant, où planent de multiples dangers comme le terrorisme, les catastrophes naturelles attribuables au dérèglement du climat et le retour de la menace nucléaire, nos certitudes s’effondrent et les virus de la méfiance, de l’angoisse et de la paranoïa contaminent notre entourage immédiat, y compris notre cercle familial. Un terreau fertile pour les auteurs de polars qui se souviennent probablement de la célèbre phrase d’André Gide « Familles, je vous hais! », ou du non moins célèbre « L’enfer, c’est les autres » de Jean-Paul Sartre.

Dès lors, les lecteurs sont confrontés à des questions existentielles angoissantes du genre « Connaissons-nous vraiment les gens que nous aimons? », ou à des situations problématiques comme des relations familiales conflictuelles, à des personnages névrosés qui cachent des secrets honteux, ou à des problèmes de couple tels que ceux évoqués dans la présentation du thriller de Roz Nay, Notre petit secret : « Cela ressemble au début d’une histoire d’amour, inspecteur. Mais nous savons tous les deux que l’histoire ne va pas dans ce sens. Elle va devenir beaucoup plus noire – sinon pourquoi la raconterais-je dans une salle de commissariat ». Ce polar, typique représentant de la nouvelle tendance, est une sorte de huis clos dans lequel s’affrontent deux personnages : l’inspecteur Novak et Angela, une jeune femme soupçonnée d’en savoir davantage qu’elle ne veut le dire sur la disparition de sa rivale amoureuse Saskia, l’épouse de son ex-amant, H. P. Parker. Bien décidée à prouver son innocence, Angela va raconter toute l’histoire de ce curieux trio amoureux. Pour ce faire, elle va remonter dans le temps, commencer dix ans plus tôt alors qu’elle est élève dans un lycée du Vermont. C’est là qu’elle rencontre H. P., le grand amour de sa vie. Au cours des années, la relation amicale entre les deux jeunes gens va évoluer et devenir une liaison amoureuse. Mais quand H. P. rencontre Saskia, une jeune Australienne, et l’épouse, c’est un étrange triangle amoureux qui se met en place. Sans pudeur, Angela révèle peu à peu les dessous de ces relations pour le moins troublantes et malsaines, faites de rivalité, de trahisons et de mensonges. Néanmoins, elle nie toute implication dans la disparition de Saskia. Mais est-elle une témoin fiable? Commence alors le jeu du chat et de la souris entre l’enquêteur et cette témoin pour le moins singulière. Les questions de Novak et les réponses d’Angela mettent en lumière les motivations et les pulsions destructrices des divers protagonistes qui ont tous des secrets plus moins avouables. Quel est le rôle exact d’Angela dans la disparition de Saskia? Qu’est-il vraiment arrivé à la jeune femme? Nous ne le saurons évidemment qu’à la toute fin alors que l’auteure nous réserve un coup de théâtre digne des meilleurs thrillers.

Autre suspense psychologique, Sous son toit, de Nicole Neubauer, a toutes les apparences d’un roman de procédure policière. Rose Benninghoff, une avocate renommée qui vit seule, a été sauvagement assassinée. Sur les lieux du crime, les policiers ont trouvé un garçon nommé Olivier, le fils de Laurent Baptiste, l’amant français de la victime. L’adolescent a du sang sur les mains et souffre de plusieurs factures mineures. Est-il l’assassin? Atteint d’amnésie provisoire, il n’est pas en mesure de répondre aux questions des policiers. Le commissaire Michael Waechter et ses fidèles adjoints Hannes Brandl et Elli Schuster sont responsables de l’épineuse affaire. Au fil des progrès d’une enquête laborieuse, les policiers découvrent les problèmes personnels, les relations difficiles et conflictuelles des divers protagonistes, y compris dans les familles des policiers. Il y a un parallèle étonnant entre la relation orageuse de Laurent Baptiste avec son fils, et celle de Hannes Brandl avec sa fille adolescente. Le récit explore les blessures de l’enfance, ces traumatismes qui ont des répercussions dans le présent et font de la vie de certains êtres fragiles un véritable enfer. Plus que l’enquête policière, ce sont les liens problématiques entre adultes et adolescents qui volent la vedette dans ce premier polar de l’Allemande Nicole Neubauer.

Un des grands arguments du suspense psychologique est qu’il ne faut jamais se fier au bonheur de façade des gens et que du jour au lendemain, tout peut basculer. C’est ce qui arrive à Anne et Marco, lespersonnages principaux du thriller Le couple d’à côté de Shari Lapena. Au cours d’une soirée passée chez les voisins, soirée au cours de laquelle la gardienne leur a fait faux bond, les obligeant à laisser le bébé sans surveillance, l’impensable se produit. À leur retour, ils trouvent un berceau vide. C’est le début d’un cauchemar dont les péripéties souvent rocambolesques (pour ne pas dire invraisemblables) nous dévoilent un monde de faux-semblants, un univers de bonheur factice dans lequel les protagonistes dévoilent leurs secrets les plus honteux, jusqu’à la finale sanglante qui nous laisse pantelants. Au cœur de cette intrigue, où abondent les coups de théâtre pas toujours crédibles, on découvre certains personnages emblématiques du genre : Anne Conti, une jeune femme perturbée, névrosée et psychotique mariée à un type peu fiable, manipulateur et capable des pires bassesses, ainsi que le « fameux couple d’à côté », lui aussi capable du pire! Vendu dans plus de trente pays, Le couple d’à côté est le premier thriller de l’auteure canadienne Shari Lapena.

Conscients du succès de ce nouveau type de polar, les éditeurs n’ont pas tardé à surfer sur cette nouvelle vague. Feu de paille ou tendance lourde? Une affaire à suivre, comme dirait Colombo!

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Littérature policière
  4. Suspense, paranoïa, petits secrets sordides ... ou l’enfer, c’est les autres!