Chroniques

Littérature jeunesse

exclusif au web
En famille

En famille

Par Nathalie Ferraris, publié le 06/04/2010
«Ton arrière-arrière-grand-mère, elle a eu quatorze enfants, ton arrière grand-mère en a eu quasiment autant et pis ta grand-mère en a eu trois c’tait suffisant, pis ta mère en voulait pas; toi t’étais un accident. Et puis toi, ma p’tite fille, tu changes de partenaire tout l’temps, quand tu fais des conneries, tu t’en sauves en avortant, mais y’a des matins, tu te réveilles en pleurant quand tu rêves la nuit d’une grande table entourée d’enfants.» Ces célèbres paroles, vous les avez sûrement reconnues.
Puisées dans la chanson «Dégénérations», du groupe Mes Aïeux, elles attestent du taux décroissant de natalité qu’a connu le Québec au cours des dernières décennies. Or, selon le site de l’Institut de la statistique du Québec, notre province assiste depuis 2006 à un mini baby-boom. Un peu partout, dans les rues, on voit des bedaines et des poussettes. Des hommes expriment leur envie de paternité et leur joie d’être père. Et, comme en témoigne le documentaire Bébé ou CV?, les femmes cherchent des solutions pour mettre au monde des enfants sans que leur carrière en souffre.

Famille de souche
Nous le savons, l’arrivée d’un nouveau-né change tout! Les jours et les nuits ne sont plus les mêmes, la maison et la voiture prennent une tout autre allure, et les grandes sœurs et grands frères en devenir ont besoin d’être rassurés. Mettant en vedette Cajoline, La famille s’agrandit aide les plus jeunes à aborder de façon positive l’arrivée d’un nouveau membre. Dans cette histoire, Cajoline prend son rôle de grande sœur très à cœur: elle s’occupe de sa maman, elle décore la chambre de son petit frère et elle confectionne un cadeau qu’elle lui présente le jour de sa naissance. Pour l’encourager à continuer à prendre son rôle au sérieux, les parents de Cajoline lui offrent un médaillon Grande Sœur. Pour les enfants qui détestent les grands changements, voilà un album qui leur donnera envie de réaliser de petits exploits… et d’en être fiers!

Famille d’adoption
Selon un article consulté sur Internet, le Québec connaîtrait le plus haut taux d’adoption internationale. Qu’ils viennent de Chine ou d’Haïti, les enfants d’ailleurs sont attendus avec impatience. Signant et illustrant Nini, une magnifique histoire remplie de déchirements, d’attente et d’amour, François Thisdale parle de l’adoption en Chine. Dans le ventre de sa mère, Nini est bercée de douceur et de chaleur pendant neuf mois, et elle est nourrie de paroles qui lui racontent les rizières et les lotus. «Née dans la douleur de quitter cette chaleur et dans le bonheur de mettre enfin un visage sur cette voix et dans la douceur d’une première étreinte», Nini est rapidement séparée de sa mère. À l’orphelinat, il ne lui reste que l’écho de la voix maternelle et le vide. Or, de l’autre côté de la terre, des parents espèrent. Ils portent un enfant dans leur cœur; c’est Nini qu’ils iront chercher à l’autre bout du monde, Nini dont la mère naturelle a permis à trois êtres de former une vraie famille. Émouvant, cet album aux images qui rappellent le songe, touchera les parents et les enfants qui ont traversé les multiples étapes du processus de l’adoption.

Abordant le même thème, La meilleure famille du monde présente Charlotte, une fillette à qui on vient d’annoncer qu’elle sera adoptée. Dès lors, la petite se met à rêver et à se demander quelle serait la meilleure famille du monde. Si c’était une famille de pâtissiers, elle pourrait manger des gâteaux, des beignets, des palmiers au chocolat et des meringues. Si elle était adoptée par une famille de pirates, elle vivrait sur un bateau, naviguerait sur les sept mers et chercherait des trésors. Quoique si elle était adoptée par une famille de dompteurs de tigres, Charlotte vivrait dans un cirque, amènerait un tigre du Bengale à l’école et deviendrait la fille la plus populaire de la cour de récréation. Finalement, Charlotte est adoptée par monsieur et madame Tremblay. Lui est agent d’assurance, elle, postière. Mais, chaque jour, Charlotte mange un palmier au chocolat comme collation, cherche des trésors cachés dans le terrain vague du quartier et joue avec deux chats tigrés. Ce n’est pas mal, comme meilleure famille du monde!

Famille intime
Chaque famille a ses habitudes alimentaires, ses activités physiques ou culturelles, ses sorties du samedi et du dimanche, ses soirs de semaine devant le téléviseur. Chaque famille partage aussi ses microbes! Ce qui arriva à Chloé et Mélina un jeudi après-midi en témoigne. De retour de l’école, les deux fillettes ne trouvent personne pour les accueillir. Où est passée leur mère? Cherchant dans la cuisine, dans la cour et dans la salle de bain, Chloé et Mélina découvre leur maman étendue dans son lit: «Bonjour, bes chéries. Cobbent a été ta journée à la baternelle, Chloé? Et toi, ba grande Béli?» Ne faisant ni une ni deux, les petites bondissent sous les couvertures pour rejoindre leur mère. Puis c’est au tour du père d’arriver et de sauter dans le lit. Comment ça se termine? Tout le bonde est balade!

Un autre beau moment d’intimité familiale est vécu dans Secret de famille. Un matin, une fillette se lève plus tôt que d’habitude et découvre que sa mère est un porc-épic. Son père et son frère le savent-ils? Avec ses shampoings et ses petits pots de crème, la maman de la fillette a beau essayer de cacher son état, elle demeure un porc-épic toute la matinée. Troublée, la jeune fille va dormir chez une amie. Horreur! Quand notre héroïne se réveille, elle se trouve devant une famille d’ours! Vite, elle s’enfuit chez elle. Où est le secret? Le matin, à la sortie de leur lit, les gens qui ont les cheveux raides ressemblent à des porcs-épics tandis que ceux qui ont les cheveux bouclés ont des airs d’ours!

Que vous ayez les cheveux raides ou bouclés, la fièvre du printemps est arrivée et l’augmentation du taux de natalité au Québec fait plaisir à voir. «Chéri(e), on fait un p’tit?»


Bibliographie :
La famille s’agrandit, François Daxhelet, Boomerang, 24 p. | 6,95$ Nini, François Thisdale, Hurtubise, 42 p. | 16,95$ La meilleure famille du monde, Susana López (texte) et Ulises Wensell (ill.), Dominique et compagnie, 32 p.| 19,95$ Ce qui arriva à Chloé et Mélina un jeudi après-midi, Martine Latulippe (texte) et Fil et Julie (ill.), De la Bagnole, 32 p. | 12,95$ Secret de famille, Isol, Les 400 coups, 40 p. | 14,95$
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Littérature jeunesse
  4. En famille