Chroniques

Littérature jeunesse

Le libraire - Numéro 86
Comme un chocolat chaud

Comme un chocolat chaud

Par Nathalie Ferraris, publié le 09/12/2014

Il y a des albums pour enfants qu’on lit et qu’on oublie. Et il y a ceux qui nous font l’effet d’un baume sur le cœur, qui nous habitent pendant des jours, qu’on a envie de relire pour le plaisir des mots et des images. Comme un chocolat chaud, ils nous réchauffent le cœur, encore et encore.

Fantasformidable
Anne Villeneuve cumule plus de vingt ans d’expérience comme illustratrice. On peut observer son travail dans des magazines, des livres pour enfants, ainsi que sur des boîtes de pâtisseries. Au cours de sa carrière, elle a reçu plusieurs prestigieuses distinctions : le prix TD du meilleur livre canadien et le prix Marcel-Couture en 2009 pour Chère Traudi (Les 400 coups), le prix TD du meilleur livre canadien en2005pour Le nul et la chipie (texte de François Barcelo, Soulières éditeur),le Prix du Gouverneur général du Canada et le prix Québec-Wallonie-Bruxelles en 2000 pour L’écharpe rouge (Les 400 coups), et le Prix du livre M. Christie en 1998 pour Une gardienne pour Étienne! (texte de Robert Soulières, Les 400 coups).

En 2013, Anne Villeneuve mettait au monde une petite Loula sympathique comme tout dans Loula part pour l’Afrique. Entourée de trois frères insupportables et de parents occupés par leur prenante carrière, Loula décide de quitter la maison. Installée dans la limousine familiale avec son service à thé, sa valise et son chat en peluche, elle écoute Gilbert le chauffeur lui raconter l’Afrique, ses paysages, sa végétation et sa faune terrifiante.

Cette année, pour le grand bonheur des petits lecteurs, la créatrice offre un deuxième album mettant en vedette Loula : Loula et la recette fantasformidable. Alors que Loula veut jouer avec ses frères au navire qui chavire dans la tempête, les pirates lui répondent : « Jamais de la vie! » Il n’en faut pas plus à Loula pour rêver d’une sœur. Aussitôt, elle demande à ses parents de lui faire une petite sœur. « Une sœur? Maintenant? », demande sa mère. « Hum… Ce n’est pas si simple. Faire une sœur, c’est comme… euh… comme faire un gâteau. Ça prend les bons ingrédients », déclare son père. Un papa, une maman, des papillons dans le ventre, la pleine lune, un souper aux chandelles, des bisous, des câlins et du chocolat, voilà ce qu’il faut.

Son petit cochon à la main, Loula s’empresse d’aller voir Gilbert. Ensemble, ils achètent du chocolat, chassent les papillons et organisent un souper aux chandelles. Pour les bisous et les câlins, Loula embrasse son chat en peluche sous la pleine lune. Ne manque plus que papa et maman. Loula et Gilbert attendent patiemment le miracle. Mais rien ne se produit jusqu’à ce qu’un chien affamé passe par le jardin et se précipite sur le dîner. « C’est ma sœur, s’exclame Loula. C’est elle! » Gilbert remarque alors un petit détail qui n’a rien d’anodin : l’animal est un mâle. Peu importe, se dit Loula, il fera une sœur « vraiment fantasformidable! »

C’est avec le cœur léger qu’on referme cet album savoureux comme le plus délicieux des gâteaux. On sourit devant la candeur de la fillette qui porte les souliers trop grands de sa mère, on rêve à son bonheur lorsqu’elle imagine tout ce qu’elle pourrait faire avec une sœur, on rigole devant l’air stupéfait de ses parents lorsqu’elle leur fait sa grande demande, on apprécie la complicité du tout dévoué Gilbert et on se réjouit devant la relation que Loula établit avec son chien. Grâce à l’aquarelle et quelques coups de feutre noir, Anne Villeneuve sait enchanter le lecteur et le mener dans un univers fantaisiste qu’elle seule réussit à construire.

Humeur contagieuse
Charlotte Zolotowest née en 1915 et décédée en novembre 2013. Auteure de plus de quatre-vingt-dix livres pour enfants, elle a été éditrice jeunesse. Au cours de sa carrière, elle a reçu de nombreuses récompenses pour ses livres. Pourquoi mentionné-je ceci? Parce que la maison Comme des géants vient de faire paraître un texte de cette écrivaine américaine, Mauvais Poil (The Quarreling Book).

Ce matin-là, il pleut, et monsieur James oublie d’embrasser madame James avant d’aller au bureau. Pour cette raison, Madame James est de mauvais poil et s’en prend à son fils Jonathan, qui s’en prend à sa sœur Sally, qui s’en prend à sa meilleure amie Marjorie, qui s’en prend à son petit frère Eddie, qui essaye de s’en prendre à son chien Charlot. Je dis bien « essaye », car Charlot n’en a rien à faire de la pluie! Tout ce qu’il veut, c’est jouer avec Eddie. Voilà que le rire d’Eddie devient contagieux et que la bonne humeur se propage chez Marjorie, puis chez Sally, puis chez Jonathan. « Vers dix-sept heures, le soleil apparaît. Tout brille, tout scintille et les oiseaux se mettent à chanter à l’instant où... monsieur James rentre à la maison. Il embrasse tendrement madame James et monte se changer avant le souper. »

Ce texte a été publié la première fois en 1963 et il est toujours d’actualité. Tous les psychologues vous diront qu’il suffit de changer son attitude pour voir le verre à moitié plein au lieu de le voir à moitié vide. Ici, c’est un chien – un autre ! – qui sème une bonne humeur déferlant comme une vague chez tous ceux qui ont été contaminés par la mauvaise humeur. Le sourire et la joie sont contagieux; c’est pour cette raison que Mauvais poil parle autant, cinquante ans après sa première publication. Tout comme Loula et la recette fantasformidable, c’est un texte intemporel.

Pour illustrer cette histoire, l’éditeur a choisi la designer et illustratrice québécoise Geneviève Godbout. L’artiste a réussi à créer un style vintage notamment grâce à l’utilisation du crayon de bois. Elle offre des images qui replongeront  assurément les adultes dans leur enfance et qui séduiront à coup sûr les petits lecteurs. À lire les jours où on se lève du mauvais pied…

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Littérature jeunesse
  4. Comme un chocolat chaud