Chroniques

Littérature jeunesse

Les libraires - Numéro 98
Ces personnages, nos amis

Ces personnages, nos amis

Par Sophie Gagnon-Roberge, publié le 12/12/2016

Les personnages sont l’essence d’un récit. Cette année, de nombreux lecteurs attendaient le 14 octobre avec grande impatience parce que c’était le retour de l’univers de J.K. Rowling avec ce huitième tome sous forme de théâtre, mais tout cela était cristallisé en un nom : Harry Potter. Ce magicien a gagné en reconnaissance au fil des livres de la série, mais il avait dès les premières pages ce petit quelque chose qui fait qu’un personnage marque, devient un ami. Il n’est pas le seul à créer cette magie, les protagonistes mémorables étant la clé pour faire aimer un livre… et une série!

Tout comme Harry Potter, Zazie a son nom sur la couverture des romans qui la mettent en scène. Ce qu’on retient d’abord, c’est l’authenticité de ce personnage, sa grande loyauté, sa façon de se poser des questions, de douter, de foncer. Marie-Renée Lavoie a eu envie de créer une adolescente qui se situe entre la « Zazie de Queneau à la rebelle de Ducharme ». Sa Zazie, elle l’a voulue « un peu forte, batailleuse par moments, un personnage en marge des modes de son époque (elle n’aime pas les leggings, le maquillage, se méfie un peu du cellulaire…), capable de défendre ses valeurs et ses convictions », et l’a placée à la tête d’une grande fratrie parce qu’elle est ainsi obligée d’ouvrir la voie, de défoncer les portes. Avec la parution du troisième et dernier tome cet automne, l’auteure confirme qu’elle a su saisir, avec Zazie, l’essence même de l’adolescence, cette période « fabuleusement complexe », cet âge des premiers émois amoureux, des déceptions que cela peut entraîner, de l’étrange différence entre raisonnement et émotion. Zazie est bien consciente que celui qu’elle appelle « Palmolive » et qui est si beau n’est pas le prince charmant, mais elle est incapable de se le sortir de la tête. Et s’il pouvait changer? 

Pour sa part, après le succès du roman De cape et de mots et son héroïne Serine, pour les intimes, Flore Vesco a choisi de mettre en scène un Louis Pasteur « revisité ». Les œuvres jouant entre Histoire et fiction sont de plus en plus nombreuses, mais comme le dit l’auteure française, « ce sont surtout des grands hommes politiques ou des écrivains qui sont mis en scène ». Il y a pourtant un potentiel romanesque dans les figures de scientifiques puisqu’on peut les suivre dans leurs tâtonnements, leurs recherches, leurs découvertes. « Et le pont entre science et surnaturel est très tentant! » Bien sûr, avec un Louis Pasteur complètement obsédé par ce domaine, l’ensemble aurait pu être un peu aride, mais Flore Vesco a une capacité hors de l’ordinaire à construire des récits captivants et elle le démontre encore ici en livrant une intrigue où se mélangent humour, action, romance, science et loups-garous.

Dès son entrée en scène, seul boursier provincial parmi une foule de jeunes premiers parisiens, on sent que Louis Pasteur a le potentiel d’un grand personnage. Est-ce parce qu’il est capable de réciter la table des substances simples et composées de Lavoisier par cœur, qu’il veut « toucher » à la science et non pas se contenter de rester dans la théorie ou qu’il porte un regard différent, plus ouvert, plus moderne, sur les filles du pensionnat d’à côté? Un peu tout ça. On l’aime dès le départ et on a bien raison!

Pour les plus jeunes, Patrick Isabelle amorce une nouvelle série chez FouLire autour du personnage d’Henri, un enfant adopté à qui ses parents refusent de raconter son histoire : « Mais ne te laisse pas berner par mon prénom, je ne viens pas d’ici ». Après être allé dans d’intenses zones d’ombres avec l’adolescent perturbé d’Eux et de Nous, l’auteur présente ici à un lectorat de fin primaire un jeune garçon hors de l’ordinaire à l’imagination débordante… qui tombe amoureux. Passionné de vieux films en noir et blanc « dont personne ne se souvient », Henri voit sa vie changer quand Béatrice fait son apparition dans son petit groupe d’amis et qu’il ressent des émotions qui ne l’avaient jamais dérangé avant. C’est une lecture amusante qui lance une nouvelle série, « Henri & Cie », actuelle et écrite à hauteur d’enfants, dans laquelle de nombreux lecteurs se reconnaîtront.

Ces trois personnages sont de ceux qui marquent parce qu’on s’identifie à leur personnalité, à leur fougue, et ce, même s’ils sont nés il y a près de deux cents ans comme Louis Pasteur. De ce fait, ils deviennent le ciment d’une série, ce qui fait qu’on attend les tomes suivants avec impatience, parce qu’on a l’impression de revoir nos meilleurs amis. 

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Littérature jeunesse
  4. Ces personnages, nos amis