Chroniques

Littérature jeunesse

exclusif au web
Au bonheur des petits

Au bonheur des petits

Par Nathalie Ferraris, publié le 19/02/2009
Selon différentes enquêtes publiées année après année, la moitié des Québécois ne lisent jamais ou presque jamais. Triste statistique, n’est-ce pas? Ainsi, s’il est facile de mettre un livre entre les mains d’un enfant et de lui apprendre l’alphabet, il en est tout autrement quand vient le temps de lui transmettre le plaisir de lire. Pourtant, comme celui de la gastronomie, du sport ou du cinéma, le goût de la lecture se cultive. Il suffit de développer quelques habitudes et le tour est joué!
«Les livres m’ont souvent sauvé la vie. J’ai traversé plus d’une journée difficile en sachant qu’un roman m’attendait sur ma table de chevet. Les livres m’ont aussi permis de reprendre goût à l’amour, de renouer avec l’espérance, d’apprivoiser la souffrance et de célébrer la vie. Des bouquets de mots cueillis un peu partout dans des contes, des romans et des poèmes m’accompagnent et fleurissent mon existence»: voilà le début de l’avant-propos du livre Au bonheur de lire, un ouvrage signé Dominique Demers dans lequel l’auteure, animatrice, chercheure universitaire, scénariste, formatrice et maman, dévoile, comme c’est le cas dans un guide pratique, de brillantes idées pour donner le goût de lire aux enfants de 0 à 8 ans.

C’est bien connu, aimer lire constitue un atout sur lequel tout parent devrait miser. Pourquoi? Parce qu’un enfant qui aime lire apprend mieux à l’école; un enfant qui aime lire se débrouille mieux en société; un enfant qui aime lire devient plus curieux et plus intelligent; un enfant qui aime lire développe son imaginaire; un enfant qui aime lire comprend mieux la vie; et un enfant qui aime lire s’ouvre au monde. Bref, un enfant qui aime lire est un enfant heureux!

En première partie de son ouvrage, Dominique Demers présente donc, sur un ton léger mais sérieux, humoristique et émotif, ses dix secrets pour aider un enfant à découvrir le bonheur de lire. Proposer une diversité de livres afin de susciter un coup de cœur, suggérer des livres riches en émotions, offrir des livres qui sortent des sentiers battus, rendre les livres accessibles, respecter les intérêts et la personnalité de l’enfant, comprendre une fois pour toutes qu’il n’y a pas de «mauvais» livres et animer la lecture, voilà quelques-unes des pistes développées par l’auteure.

En seconde partie, Dominique Demers livre une sélection de ses coups de cœur pour différentes tranches d’âge, sélection accompagnée d’idées d’animation de lecture. On y découvre des livres québécois et étrangers, des classiques et des nouveautés: Petit-Bleu et Petit-Jaune, Une histoire sombre, très sombre, 100 comptines, Dans la gueule du loup, Max et les maximonstres, De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête, 365 blagues, Léon et les superstitions, Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi?, ainsi que les séries mettant en vedette les célèbres Toupie, Caillou, Shilvi, Camille, T’choupi et Noémie.

Pour terminer, comme cela se fait dans une véritable ligne ouverte radiophonique, Dominique Demers répond aux douze questions le plus souvent posées par les parents. Des exemples? «Ma fille n’aime que les livres de princesse, comment l’amener vers autre chose?», «Mon enfant préfère jouer seul ou regarder la télé, que faire?», «Mon enfant veut seulement se faire lire des histoires, quel conseil me donnez-vous pour qu’il lise par lui-même?» Avec tact, originalité et gros bon sens, l’écrivaine propose d’habiles stratégies.

La lecture comme un bonbon
En 1976 paraissaient, aux éditions Le Tamanoir (devenues La courte échelle en 1978), Mon ami Pichou et La cachette. Signés et illustrés par Ginette Anfousse, ces deux albums donnèrent naissance à la série «Jiji et Pichou», vendue à plus d’un demi-million d’exemplaires et récipiendaire de nombreux prix: Liste d’honneur IBBY en 1978 pour La chicane, Prix du Conseil des Arts du Canada en 1978 pour La varicelle et La chicane, Prix Fleury-Mesplet en 1987 pour la meilleure auteure jeunesse des dix dernières années, Prix Québec/Wallonie-Bruxelles en 1988 et Prix du livre M. Christie en 1990.

Pour souligner son trentième anniversaire et son engagement à offrir une littérature jeunesse de qualité et toujours renouvelée, La courte échelle réédite cette année douze albums de la série «Jiji et Pichou». Ayant refait plus de 400 illustrations, Ginette Anfousse présente une Jiji toujours aussi espiègle et sensible, qui évolue au quotidien avec son bébé tamanoir-mangeur-de-fourmis-pour-vrai et son ami Cloclo Tremblay. Les thèmes abordés dans chaque histoire sont encore d’actualité (l’amitié, la maladie, la dispute, la jalousie, l’école, la peur, la propreté, etc.) et les illustrations, d’une douceur charmante. Qui plus est, la majorité des textes interpellent directement le lecteur (une quasi-révolution à l’époque!) et mènent à la réflexion ou à la discussion.

Dans une entrevue accordée à Lurelu, Ginette Anfousse explique qu’elle a bien voulu refaire les albums de sa série en pensant notamment à ceux qui ont lu les aventures de Jiji et de Pichou et qui les lisent aujourd’hui à leurs enfants. Ces intermédiaires, ou ces «entremetteurs», comme s’amuse à les nommer affectueusement Dominique Demers, sont essentiels pour transmettre aux tout-petits le plaisir de la lecture. Servant de pont entre les livres et les enfants, ils travaillent à orchestrer des coups de foudre. On ne peut jurer de rien, mais la réédition de «Jiji et Pichou» risque de chavirer à nouveau bien des cœurs!


Bibliographie :
Au bonheur de lire, Dominique Demers, Québec Amérique,264 p. | 19,95$ Les 12 titres des la série « Jiji et Pichou » de Ginette Anfousse sont publiés à La courte échelle (32 p. ch., 15,95$ couverture rigide; 12,95$ couverture souple).
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Littérature jeunesse
  4. Au bonheur des petits