Chroniques

Littérature jeunesse

exclusif au web
Attention, chiens gentils!

Attention, chiens gentils!

Par Nathalie Ferraris, publié le 17/06/2009
Montréal, juin 1983. Je suis en 6e année à l’école Saint-Louis-de-Gonzague. Dans la classe, c’est la folie. Non pas parce que les vacances approchent, mais parce qu’un livre jeunesse soulève la passion chez tous les élèves. Signé Alfred Hitchcock, Au rendez-vous des revenants* est, paraît-il, «écœurant»! Quand le livre arrive enfin dans mes mains (il y a une liste d’attente longue comme ça pour lire le bouquin), je vibre… Ce roman, je l’ai dévoré en moins de deux. Je l’ai lu à l’école, en voiture et dans la salle de bain. Je l’ai même lu sous mes couvertures à l’aide d’une lampe de poche. Avec Hitchcock, j’entrai dans un nouvel univers: le policier. Je me laissai guider par Bob Andy, Peter Crentch et le grassouillet mais ô combien intelligent Hannibal Jones, trois jeunes détectives qui avaient installé leur bureau dans une vieille caravane. Je résolus l’énigme en même temps qu’eux, heureuse d’avoir découvert les histoires d’enquête.
Pourquoi évoquer ce souvenir? Parce que de talentueux auteurs québécois savent, tout comme Alfred Hitchcock, transporter les jeunes lecteurs. Ils réussissent avec brio à tisser de palpitantes intrigues, à planter des décors, à rythmer leurs histoires et à créer des personnages attachants.

Notdog, le chien le plus laid
Parmi ces auteurs, Sylvie Desrosiers a su gagner l’estime et l’admiration des enfants. Récipiendaire du Prix littéraire du Gouverneur général en 2008 pour son excellent roman Les trois lieues, paru à La courte échelle, l’écrivaine vient de faire paraître le dix-huitième et dernier tome de sa série «Notdog».

Dans cette aventure où se marient mystère et archéologie, Notdog, le chien le plus laid du village, trouve dans les bois un étrange collier qu’il rapporte à sa maîtresse, Jocelyne. Dès lors, la jeune fille ressent des malaises et des étourdissements. Quel pouvoir peut bien renfermer ce bijou? Pourquoi Bob «Les Oreilles» Bigras, l’archéologue Lara Massé et un Amérindien veulent-ils s’approprier le collier? Pour une dix-huitième fois, les inséparables détectives mènent l’enquête.

Lorsque Christiane Charette, le 29 avril dernier, lui a demandé pourquoi elle arrêtait la série «Notdog», Sylvie Desrosiers a tout simplement répondu: «Parce que j’ai envie de passer à autre chose […], parce que je développe une nouvelle série (‘‘ Les voyages de Philibert Tanguay ’’) […], parce que je n’ai pas envie de prendre le risque de me répéter.» Comme leur créatrice, les personnages de la populaire série passeront donc eux aussi à autre chose. Notdog, qui souffre d’arthrite et qui a des poils blancs, prendra le temps de se reposer un peu plus souvent. John, l’Anglais blond à lunettes qui mêle de manière tout à fait charmante les mots fouilles et nouilles, moteurs et motifs, édenté et accidenté, allumette et amulette, déménagera dans l’Ouest avec sa famille. Jocelyne, la brunette rêveuse aux cheveux bouclés, et Agnès, la jolie rousse qui porte des broches, prendront soin de Notdog et économiseront le plus d’argent possible pour aller visiter John en Alberta. Et il y a aussi Dédé, le petit voisin qui, devenu grand maintenant, entrera en première année. Et le stand à patates qui sert de bureau aux apprentis détectives? La porte sera verrouillée et l’enseigne «Agence Notdog» y restera accrochée, en souvenir du bon vieux temps.

Tous comme les personnages de Hitchcock, les inséparables de Sylvie Desrosiers ont séduit quelques générations d’enfants d’ici et d’ailleurs (la série est traduite en chinois, en grec, en espagnol et en italien). Les aventures, l’humour, les personnages, le ton et la fantaisie de Desrosiers ainsi que les illustrations signées Daniel Sylvestre nous manqueront indéniablement…

Pépitou, chien superhéros et Truffette, chienne sans odorat
Pour ceux qui aiment les histoires mettant en vedette des chiens aussi sympathiques que Notdog, voici deux albums fraîchement parus: Super Toutou contre les voleurs de fourrures et Le chien qui ne sentait rien.

Le premier livre présente Pépitou, un gentil chien-chien qui aime les publicités de saucisses grillées, les croquettes au tofu et celles à la luzerne. Mais ce qui distingue surtout Pépitou est sa capacité à se transformer en Super Toutou, le justicier qui vole au secours des animaux en danger. Avec son texte rythmé, son humour, ses illustrations fort vivantes et ses personnages plus grands que nature, ce livre plaira assurément. Le second album, plus émouvant que le premier, aborde le thème de la solitude. Truffette est une chienne obéissante et dépourvue d’odorat. Pendant que les autres chiens reniflent tout et rien, Truffette reste dans son coin, ne trouvant rien de bon à faire. Sans aucun ami au départ, la chienne réussit néanmoins à se faire une copine: une mouffette dont l’odeur ne l’incommode aucunement. Rempli d’espoir, Le chien qui ne sentait rien est tout à fait mignon.

Si le chien est le plus fidèle ami de l’homme, Truffette, Pépitou et Notdog ont tout pour offrir des années d’amitié aux petits!

* Au rendez-vous des revenants d’Alfred Hitchock (Hachette, coll. Bibliothèque verte) est malheureusement épuisé.


Bibliographie :
La tombe du chaman, Sylvie Desrosiers (texte) et Daniel Sylvestre (ill.), La courte échelle, 96 p. | 9,95$ La série « Notdog » comprend les autres titres suivants: La patte dans le sac, Qui a peur des fantômes?, Le mystère du lac Carré, Où sont passés les dinosaures?, Méfiez-vous des monstres marins, Mais qui va trouver le trésor?, Faut-il croire à la magie?, Les princes ne sont pas tous charmants, Qui veut entrer dans la légende?, La jeune fille venue du froid, Qui a déjà touché à un vrai tigre?, Peut-on dessiner un souvenir?, Les extraterrestres sont-ils des voleurs?, Quelqu’un a-t-il vu Notdog?, Qui veut entrer dans la peau d’un chien?, Aimez-vous la musique? et L’héritage de la pirate (La courte échelle, 9,95$ ch.) Super Toutou contre les voleurs de fourrures, Paule Brière (texte) et Christine Battuz (ill.), Le raton laveur, 24 p. | 9,95$ Le chien qui ne sentait rien, Emily Jenkins (texte) et Pierre Pratt (ill.), Scholastic, 32 p. | 9,99$
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Littérature jeunesse
  4. Attention, chiens gentils!