Chroniques

Essai québécois

Le libraire - Numéro 84
Ce que tout le monde doit savoir sur le libre-échange

Ce que tout le monde doit savoir sur le libre-échange

Par Normand Baillargeon, publié le 08/09/2014

Au moment où j’écris ces lignes, un austère ouvrage d’économie connaît un improbable succès dans les palmarès des ventes de livres, et cela, un peu partout dans le monde. II s’agit bien entendu de ce Capital au XXIe siècle (Seuil), du Français Thomas Piketty. L’auteur soutient notamment des thèses que presque tout le monde soupçonne désormais — et que nombre d’entre nous ont appris de douloureuse expérience : depuis quelques décennies, les inégalités s’accroissent et la richesse, de plus en plus concentrée, se crée par le rendement du capital bien plus rapidement que par celui du travail.

Certains des plus notables effets de ces phénomènes sont partout visibles : démantèlement de l’État providence, privatisation des biens et des services publics, effritement de la classe moyenne, assauts contre les retraites et contre toutes ces formes de solidarité sociale qui avaient été conquises de haute lutte, sans rien dire des nombreuses crises financières aux effets délétères sur tous, à la notable exception des institutions qui les causent. Pourtant, tout le monde s’en souvient, ces mêmes décennies ont été celles du libre-échange et de la « mondialisation » dont on nous avait dit, répété et promis qu’ils devaient partout répandre la prospérité. Que s’est-il donc passé? Et comment, exactement, cela s’est-il passé?

En 155 pages accessibles, informées et éclairantes, des pages que chacun devrait lire stylo en main, Claude Vaillancourt l’explique dans un ouvrage intitulé L’empire du libre-échange, en arrachant le voile de la propagande et en mettant à nu ce qu’il appelle « l’empire du libre-échange ».

Après une brève introduction qui met en contexte son objet, à savoir ces accords qui sont ni plus ni moins que des « chartes des droits et libertés pour les entreprises » et qui rappelle le vocabulaire souvent profondément trompeur par lequel on nous les présente (il comprend des termes comme : lutte contre le protectionnisme; avantages comparatifs; négociations), Vaillancourt procède en deux moments. Pour commencer, il expose sept principes fondamentaux sur lesquels repose cette idée de libre-échange. Puis, il brosse un tableau historique des grandes phases par lesquelles elle s’est déployée, en rappelant quelques-uns des accords majeurs qui ont été conclus. Suivons-le, sous l’angle des sept principes fondateurs du libre-échange.

Quelques principes fondateurs
Ces accords, montre Vaillancourt en rappelant simplement les faits, sont typiquement négociés « dans le plus grand secret » et conclus « sans que de véritables débats de société au sujet de l’accord aient eu lieu ». Ils promeuvent ensuite l’idée que tout est sur la table et que tout, ou peu s’en faut, peut être acheté ou vendu, des principes qui sont cependant rapidement abandonnés ou malmenés en raison des très inégales forces des États en présence et des intérêts divergents des uns et des autres.

Ils reposent encore sur l’idée de non-discrimination, noble en apparence puisqu’elle laisse entendre que tous les acteurs du jeu économique seront traités également. Mais, en pratique, cela pourra signifier que des entreprises nationales payant des salaires raisonnables et utilisant des matières premières locales feront face à une concurrence de multinationales payant des salaires de misère, qui polluent en important leur matière première et contre lesquelles elles ne peuvent que perdre. Les États renoncent ainsi, dans cette course qui fait toujours plus de perdants et à laquelle leurs populations n’ont jamais consenti à participer, à une part de leur souveraineté politique. D’autant que les multinationales, si elles s’estiment lésées, en vertu d’un autre principe, celui de la protection des investissements étrangers, peuvent, selon ces ententes, poursuivre les gouvernements. Le Québec, en ce moment même, est menacé d’une poursuite de 250 millions de dollars par la compagnie Lone Pine Resources, à qui le gouvernement a annulé un permis d’explorer le fond du Saint-Laurent à la recherche de pétrole et de gaz de schiste.

Vaillancourt montre ensuite comment, en créant une succursale dans un paradis fiscal, des entreprises nationales ainsi devenues étrangères peuvent poursuivre le pays dont elles sont issues. C’est justement ce qu’a fait AbitibiBowater, qui a ainsi obtenu 130 millions de dollars de dédommagement de la part du gouvernement canadien dans le cadre de l’ALÉNA. On devine sans doute l’armée d’avocats et d’autres spécialistes de ce genre qui sont nécessaires à la complétion de ces innombrables ententes comprenant chacune des milliers de pages rédigées dans un vocabulaire abscons et auquel, précisément, le citoyen lambda ne comprend rien : cette volontaire opacité est un autre des principes sur lesquels repose le libre-échange.

Les grandes phases
Vaillancourt présente ensuite les grandes phases et les principaux acteurs du déploiement de cette somme toute récente interprétation du libre-échange qu’on peut commodément appeler le « consensus de Washington ». Il passe en revue les accords de Bretton Woods, conclus au sortir de la dernière guerre mondiale, le GATT, l’OMC, l’ALÉNA et plusieurs autres, jusqu’à ce récent Partenariat transpacifique, qui se négocie en ce moment, mais encore une fois en grand secret.

Une autre vision de l’économie mondialisée
Une autre mondialisation est certainement souhaitable et possible et les altermondialistes ne cessent de la réclamer. Vaillancourt conclut son ouvrage en esquissant à grands traits à quoi pourrait ressembler une telle conception alternative du libre-échange : elle serait notamment transparente, protégerait l’environnement, les services publics, la souveraineté alimentaire et bien d’autres choses encore, que je vous laisse découvrir.

Noam Chomsky a déjà dit que la plupart des citoyens des sociétés comme la nôtre non seulement ne savent pas ce qui se passe, mais ne savent même pas qu’ils ne savent pas. Telle est, hélas, la désolante résultante de décennies de propagande menée dans le cadre de ce qui ne peut être décrit autrement que comme un substantiel assaut contre la démocratie.

Ce bref mais percutant essai de Vaillancourt est un bon endroit où envoyer ceux qui souhaiteraient en apprendre sur ce dont ce dont ils n’ont à peu près aucune idée, mais qui serait de notoriété publique et au cœur de nos débats, de nos préoccupations et de nos discussions si nous vivions dans une société substantiellement démocratique.

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Essai québécois
  4. Ce que tout le monde doit savoir sur le libre-échange