Articles

Sur le livre

Les libraires - Numéro 109
Sur les traces des écrivains : de l'autre côté du miroir

Sur les traces des écrivains : de l'autre côté du miroir

Par Isabelle Beaulieu et Alexandra Mignault, publié le 22/10/2018

Certains écrivains sont inspirés par des lieux qu’ils transposent ensuite dans leurs œuvres. Si bien que lorsqu’on parcourt les pages, on a un peu l’impression d’y être. Le voyage, qu’il soit réel ou rêvé, reste le même. Il possède la propriété de nourrir le désir, d’émanciper l’esprit, d’aller à la rencontre de l’autre. Et si les frontières étaient abolies ? Plusieurs parcours littéraires, au Québec et à l’étranger, permettent de sillonner les rues où ont marché les personnages. Ou encore de voir les lieux que les écrivains ont habités et où ils ont été visités par la muse. Quand la fiction rejoint la réalité, le voyage est alors total.

Un écrivain dans la demeure
Si vous planifiez un voyage en France (ou peut-être le ferez-vous après avoir lu le prochain paragraphe), la Route des maisons d’écrivains est tout indiquée. Onze demeures et douze écrivains — douze en raison du couple formé par Louis Aragon et Elsa Triolet — vous ouvrent leurs portes, vous faisant voir les lieux d’écriture d’auteurs majeurs. La maison de Triolet et d’Aragon saura particulièrement vous charmer par son aura sentimentale. Le couple mythique prit possession du moulin de Villeneuve, qui remonte au XIIIe siècle, en 1951. En fait, c’est Aragon qui l’offrit à sa douce. On peut aussi y fouler le sol d’un parc de six hectares qui fait partie de la propriété, où promenades et discussions ne manqueront pas de raviver les cœurs et les esprits. Plusieurs seront enchantés de visiter le château de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas que l’homme de lettres se fit construire en 1844 après le succès remporté avec Le comte de Monte-Cristo et Les trois mousquetaires. Dans l’immense maison, il sera intéressant de visiter un petit pavillon néo-gothique cerclé d’eau, qu’il appellera « Château d’If », qu’il avait fait construire dans l’enceinte même de son domaine pour y travailler.

La maison d’Émile Zola, qu’il habita pendant vingt-quatre ans, doit vibrer d’ondes particulières puisque c’est là que ce grand écrivain du peuple créa Nana et Germinal. La grande demeure de Gustave Flaubert, où celui-ci enfanta Madame Bovary, Salammbô et L’éducation sentimentale, fut détruite après son décès. Reste cependant le pavillon du bord de l’eau que l’on peut voir avec plusieurs objets de travail qui ont appartenu à l’écrivain, dont une écritoire, un fauteuil, une bibliothèque, des pipes, un bouddha doré, des plumes d’oie et l’encrier-grenouille. Le Musée Victor-Hugo, situé en bord de Seine, impressionnera bien des amoureux des Misérables et de Notre-Dame-de-Paris. De nombreux témoignages sont rendus au magistral écrivain sous la forme de tableaux, de lettres, de livres, de gravures, de sculptures, etc. Dans cette tournée, on pourra aussi visiter les demeures de Stéphane Mallarmé, Châteaubriand, Maurice Maeterlinck, Jules Michelet et Pierre Corneille.

D’autres parcours français sont offerts, et les noms seuls donnent envie de s’y rendre sur-le-champ : le circuit Jules Verne à Nantes et à Amiens, l’itinéraire de Rousseau à Chambéry, la promenade littéraire au Havre et celle d’Albert Camus dans le Vaucluse, la route Rimbaud-Verlaine en Champagne-Ardenne, la route touristique Stendhal dans l’Isère, celle de George Sand en Berry et celle de Paul et Camille Claudel en Aisne.

En Amérique
Si les écrivains des États-Unis d’Amérique vous appellent davantage, sachez qu’il est tout à fait possible de vous rendre à Key West en Californie où Ernest Hemingway vécut et écrivit pendant huit ans en compagnie de Pauline, sa deuxième femme, avant de s’enfuir à Cuba avec Martha, sa troisième épouse. Plus de quarante chats vivent toujours sur le domaine, des descendants des félins de compagnie de l’écrivain. La maison de William Faulkner à Oxford au Mississippi n’est pas banale non plus. Dans son bureau, il avait l’habitude d’inscrire les structures complexes de ses romans sur le mur, pour le repeindre une fois le livre terminé. On peut toujours y observer les traces de l’intrigue de son roman Parabole. C’est avec émotion qu’on imagine franchir le seuil de la maison de la poète Emily Dickinson à Amherst au Massachusetts avec ses hauts plafonds et ses grandes fenêtres qui nimbent de lumière la demeure. On peut entre autres s’imprégner de l’atmosphère de sa chambre où elle a écrit plusieurs de ses 2 000 poèmes. À Milledgeville en Géorgie, on visite la ferme de Flannery O’Connor où elle se retira lorsqu’on lui diagnostiqua un lupus. Elle y fera l’élevage d’une centaine de paons qui apparaissent à divers endroits dans son œuvre et qui sont toujours présents sur les 544 acres du domaine.

En Italie
Avec le succès phénoménal de la tétralogie « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante (il y a d’ailleurs un film documentaire dirigé par Giacomo Durzi, Ferrante Fever, qui témoigne de cet engouement), ce n’est pas étonnant qu’un parcours existe pour marcher sur les traces d’Elena et de Lila à Naples et pour découvrir les lieux dans lesquels se déroule leur histoire. Un guide de voyage a aussi été publié si vous voulez faire ce tour par vous-même : Ferrante Fever : A Tour of Naples Inspired by Elena Ferrante’s Neapolitan Novels.

Du côté de Venise, c’est Guido Brunetti, le personnage de commissaire des romans policiers de Donna Leon, que vous pouvez suivre. Le bureau de Brunetti se trouve dans le quartier Castello, tandis que son appartement est dans le quartier San Polo. Plusieurs adresses gourmandes se faufilent également dans les romans. Voilà une belle manière de visiter Venise à travers les pas d’un personnage.

Au Québec
Si l’univers de l’écrivaine Louise Penny vous plaît (voir p. 62), sachez qu’un circuit touristique a été développé pour découvrir Three Pines où se déroulent ses polars. Three Pines n’existe pas, mais cette ville inventée par Louise Penny s’inspire tout de même des Cantons-de-l’Est. C’est donc possible de visiter les différents lieux qui ont servi l’imagination de l’auteure, comme le Musée historique du comté de Brome, l’abbaye Saint-Benoît-du-Lac, la librairie Livres Lac-Brome et la Rumeur affamée.

Dans la ville de Québec, la Promenade des écrivains, dirigée et animée par Marie-Ève Sévigny, offre des parcours littéraires sur les traces des écrivains d’ici et d’ailleurs. C’est une façon unique et originale de sillonner les rues de Québec, de découvrir la ville autrement et de vivre les mots des écrivains en flânant. Parmi les circuits proposés, on compte notamment « Regards de flâneuses », « Limoilou, quartier libre », « Jacques Poulin, les sentiers du réconfort », « Le petit monde de Roger Lemelin », « Le premier jardin d’Anne Hébert » et « Sur la piste de Maud Graham ». Ces passionnantes visites guidées valent le détour !

Plusieurs autres villes s’avèrent des destinations littéraires. Il suffit de penser par exemple à Londres et au célèbre Harry Potter, à la Maison d’Anne Frank à Amsterdam, à Agatha Christie et le Devon, un comté du sud-ouest de l’Angleterre. Il ne reste donc plus qu’à lire pour découvrir les lieux qui inspirent les écrivains, puis à marcher sur leurs traces afin de réunir réalité et fiction.

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Sur le livre
  4. Sur les traces des écrivains : de l'autre côté du miroir