Articles

Sur le livre

Les libraires - Numéro 113
Nos favoris de la saison

Nos favoris de la saison

Par Isabelle Beaulieu et Alexandra Mignault, publié le 03/06/2019

Forêt : Identifier, cueillir, cuisiner / Gérald Le Gal et Ariane Paré-Le Gal, Cardinal, 384 p., 44,95$
En plus d’un guide d’identification des plantes comestibles du Québec, ce livre unique et inspirant propose de découvrir les trésors, souvent méconnus, de notre terroir sauvage et de les cuisiner grâce à plusieurs recettes mettant en valeur ces merveilles de la nature. Véritable bible superbement illustrée, cet ouvrage perpétue des savoirs ancestraux et magnifie toutes les richesses de la forêt. Sublime!

 

L’évasion d’Arthur ou La commune d’Hochelaga / Simon Leduc, Le Quartanier, 344 p., 26,95$
Arthur, 10 ans, résident du quartier Hochelaga, use de son imagination pour survivre dans ce milieu parfois hostile, mais qui peut aussi se montrer solidaire et se déclarer grandiose dans sa langue et son désir de changement. À l’instar de l’anarchie qui habite l’esprit des personnages, l’écriture se permet toutes les formes et nous entraîne dans un joyeux désordre qui transforme la misère en royaume fertile.

 

À boire et à manger / Caroline Dumas, Édito, 216 p., 27,95$
Dans cet ouvrage festif, celle qui a fondé les restaurants Soupesoup offre des idées de cocktails avec ou sans alcool, de tapas, de mezze et de hors-d’œuvre pour agrémenter les apéros, les 5 à 7, les soirées entre amis autant l’hiver que l’été, les brunchs et tous ces moments partagés en bonne compagnie. Des recettes simples, conviviales et colorées qui insuffleront le même esprit à vos célébrations!

 

La cage dorée / Camilla Läckberg (trad. Rémi Cassaigne), Actes Sud, 304 p., 39,95$
Alors que son mari la trahit et la quitte, Faye entreprend de se venger de lui, de cet homme à qui elle a tout donné et qui ne lui a rien laissé, la faisant même disparaître peu à peu. Mais voilà que ce temps où elle s’oubliait est révolu; son ex-mari n’aurait pas dû la confiner dans une cage dorée. Premier volet d’un diptyque, ce thriller glaçant et implacable, très actuel, mené avec brio par l’auteure, met en scène le récit d’une femme qui refuse d’être une victime.

 

À contre-courant : Récits et recettes d’une aventurière des mers / Valentine Thomas, Cardinal, 224 p., 29,95$
Après avoir laissé tomber une carrière dans les finances, Valentine Thomas se consacre maintenant à ses passions : elle voyage, fréquente les plus belles plages du monde, arpente les eaux en apnée et pêche au harpon. Illustré de superbes photos aux décors paradisiaques, ce beau livre, qui dévoile les récits de son mode de vie, sa philosophie écoresponsable et ses recettes mettant en valeur les produits de la mer, donne furieusement envie de prendre le large.

 

Chimie 501 / Josée De Angelis, Parc en face, 384 p., 17,95$
La dernière année de secondaire de Max est chamboulée quand il fait la rencontre de Nic, un nouvel élève avec qui il se lie d’amitié et qui l’attire énormément. Mais même si ce dernier vient de rompre avec Jennifer, Max sera agréablement surpris de découvrir que Nic éprouve aussi des sentiments à son égard. Une belle histoire d’amour, dépeinte avec réalisme et finesse, naîtra entre les deux adolescents. Dès 13 ans

 

21 / Rachel Graton, Dramaturges Éditeurs, 184 p., 18,95$
Après La nuit du 4 au 5, la comédienne et dramaturge continue de nous émouvoir avec justesse et sensibilité dans cette pièce sur les inégalités sociales, la résilience, le besoin de reconnaissance et celui de se réinventer. Dans un centre jeunesse, Sara, une intervenante, tente d’établir un lien avec Zoé, une adolescente de 15 ans. Chaque semaine, Zoé et Sara, qui ont en commun d’être écorchées, jouent au 21, un jeu de basketball, un prétexte qui leur permet d’échanger. Zoé se livre peu à peu.

 

La trajectoire des confettis / Marie-Ève Thuot, Les Herbes rouges, 624 p., 31,95$
Un premier roman de plus de 600 pages intrigue nécessairement. Mais au-delà de ce nombre imposant, l’histoire fait bel et bien son œuvre. Thuot s’interroge sur la forme bigarrée des relations amoureuses et de la sexualité sans jamais s’en alarmer et tire un plaisir évident à le faire. Femmes et hommes d’époques diverses sont tous reliés dans ce joyau d’architecture non seulement qui tient ensemble, mais qui aussi le fait très bien.

 

Sub Rosa / Amber Dawn (trad. Sophie Cardinal-Corriveau), XYZ, 450 p., 29,95$
Les Splendides, qui vivent sur la rue Sub Rosa dans un lieu surnaturel, comblent les désirs des hommes qui s’y aventurent. Là, elles sont en sécurité et ont tout ce dont elles ont besoin, pourvu qu’elles acceptent de réaliser les fantasmes de ces hommes qui les visitent. Oscillant entre conte de fées et conte d’horreur, ce roman sombre flirtant avec le réalisme magique explore le milieu de la prostitution avec panache et originalité.

 

Mes comptines du monde à écouter / Maryse Letarte et Lilidoll, Auzou, 20 p., 19,95$
Dix chansons de diverses origines sont réunies dans ce livre-disque qui a la qualité, et non la moindre, de plaire autant aux petits qu’aux parents. La voix et les arrangements de Maryse Letarte y sont pour beaucoup et nous mettent en joie lorsqu’il s’agit de danser ou nous rassurent et nous bercent quand les mélodies sont plutôt à la détente. La traduction des paroles en français dans le livre et les illustrations colorées finissent de nous convaincre tout à fait. Dès 1 an

 

Les gratitudes / Delphine de Vigan, JC Lattès, 172 p., 24,95$
Une vieille dame aphasique ne peut plus vivre seule et doit se résoudre à emménager dans une maison de retraite. Là, elle y reçoit les visites d’une amie, une jeune femme de son ancien immeuble, et de l’orthophoniste qui la suit. C’est autour de ces trois personnages que gravite cette histoire tendre et lumineuse qui sonde l’humanité des êtres, les liens qui nous unissent aux autres et ce que nous leur devons.

 

Les retranchées : Échecs et ravissement de la famille, en milieu de course / Fanny Britt, Atelier 10, 104 p., 12,95$
Six ans après Les tranchées, un essai qui interrogeait les questions de maternité et de féminisme tant dans la sphère privée que publique, l’auteure tente cette fois de savoir s’il est encore possible de réenchanter nos espoirs à travers l’idée de la famille malgré un monde de plus en plus perturbé par des enjeux sociaux et par l’obsession de la performance. Elle choisit de plein gré l’inconfort pour mener sa réflexion au cœur même du malaise, là où l’on nous fait croire au consentement d’une fabrication erronée de nous-mêmes.

 

Le facteur de l’espace (t. 2) : Les pilleurs à moteur / Guillaume Perreault, La Pastèque, 152 p., 21,95$
Après le succès considérable qu’avait obtenu Bob, facteur de l’espace, dans ses précédentes aventures, le voici de retour, redoublant d’ardeur pour nous faire rire dans cet univers peuplé de créatures plus étranges les unes que les autres. Cette fois-ci, il travaille en duo, car il doit assurer la formation d’une nouvelle factrice. Mais ça ne risque pas d’être compliqué puisqu’aujourd’hui, il n’y a qu’une seule lettre à livrer. À moins que… Dès 7 ans

 
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Sur le livre
  4. Nos favoris de la saison