Articles

Sur le livre

exclusif au web
L’édition jeunesse au Québec : La vie avant Harry

L’édition jeunesse au Québec : La vie avant Harry

Par Hélène Simard, Les libraires, publié le 01/06/2001
En ce début de nouveau siècle, l’édition jeunesse québécoise a plus que jamais le vent dans les voiles. Considérée comme l’un des secteurs les plus prolifiques, elle détrône, à bien des égards, la production européenne. Les bibliothèques craquent sous la diversité et, sans renier Grimm, Perrault & cie, nos petiots ont l’insigne bonheur de tenir dans leurs jolies menottes de petits chefs-d’œuvre imaginés, écrits puis illustrés par la gent d’ici. Oui, il y avait une vie, avant Harry. Portrait d’une industrie florissante qui n’a cesse de nous étonner par son professionnalisme et son originalité.
À la suite de ses premiers pas dans les années 1920, l’édition jeunesse est en expansion jusqu’aux années 60 : création de prix littéraires, de l’ Association des écrivains pour la jeunesse et développement de bibliothèques. Toutefois, les sixties marquent un déclin de la production attribuable, entre autres, à l’arrivée de maisons étrangères et à une diffusion déficiente. Faute d’intérêt, le secteur est abandonné jusqu’en 1971, année de fondation de l’organisme Communication-Jeunesse. Débute alors une restructuration progressive du marché : on crée de nouveaux prix, on lance de nouvelles collections, on instaure des programmes d’animation dans les institutions scolaires et les bibliothèques. Les maisons d’édition poussent comme des champignons : c’est la renaissance du livre jeunesse au Québec.

De cet élan vigoureux naît une littérature jeunesse contemporaine dans son approche et ses thèmes. Sans délaisser l’aventure et la féérie qui enchantent depuis des lustres les enfants du monde entier (rappelons-nous seulement la liste des personnages suivants : princesse, fée, magicien, sorcière, ogre, flibustiers, géants, etc.), les écrivains d’ici se tournent vers des thèmes actuels : divorce, mortalité, immigration, suicide, déménagement, toxicomanie, agression et handicaps (au chapitre mental, physique ou verbal). Alors que les Européens restent assez classiques dans la forme (valeurs fondamentales et personnages mythiques), les Québécois font bande à part. Les histoires, plus intimistes, abordent avec audace et tact la réalité des enfants d’aujourd’hui et allient savamment fantaisie et didactique. Des illustrations à couper le souffle, des formats originaux et un prix abordable confirment la vitalité du secteur. Manifestement, la différence paie. Reconnus internationalement, nos livres pour la jeunesse récoltent maints éloges dans les foires et salons du livre d’outre-Atlantique.

À la lumière du succès mondial de Harry Potter, la preuve est faite que les jeunes aiment lire. Parmi le foisonnement de bouquins québécois, voici une sélection de titres (nouveautés et récipiendaires de prix) qui ne constitue qu’un très bref aperçu des trésors que recèlent les rayonnages des librairies. Eh oui, il y a aussi une vie après Harry. À vous de découvrir laquelle.


***


Il était une fois le trésor du bibinocolendi, Caroline Merola, La courte échelle/Il était une fois
L’écharpe rouge, Anne Villeneuve, Les 400 coups (Prix du Gouverneur général 2000)
Edmond et Amandine, C. Duchesne & S. Beshwaty, Dominique et compagnie (Prix Alvine-Bélisle 2000)
La grande aventure du petit mouton noir, M.-D. Croteau & G. Côté, Dominique & compagnie
L’ABC du roi Léon, J.P. Davidts & Claude Cloutier, Boréal Maboul/Les mésaventures du roi Léon
L’île aux mille visages, Agathe Génois, Dominique et compagnie/Roman bleu
L’arbre à chaussettes, Alain Raimbault, Hurtubise HMH/Plus
Le trésor de Brion, Jean Lemieux, Québec Amérique/Titan + (Prix 12/17 Brive/Montréal et Christie 1995)
La route de Chlifa, Michèle Marineau, Québec Amérique/Titan + (Prix du Gouverneur général, 12/17 Brive/Montréal et Alvine-Bélisle 1992)
Dragon noir et fleurs de vie, L.-M. Sauriol, Vents d’Ouest/Roman ado
Bestiaire, G. Marchamps & J.-P. Gaudreau, Éditions d’art Le Sabord
Maya et Maïpo, Philippe Jonnaert, Le Loup de Gouttière/Les petits loups
Les yeux noirs, Gilles Tibo, Soulières/Ma petite vache a mal aux pattes
Rouge timide, Gilles Tibo, Soulières/Ma petite vache a mal aux pattes (Prix Christie 1999)
Le chien de Pavel, Cécile Gagnon, Soulières/Ma petite vache a mal aux pattes
Petit zizi, T. Lenain, & S. Poulin, Les 400 coups/Grimace
Tout pour plaire à mon nouveau papa, L. Durocher & B. St-Aubin, Le Raton Laveur
Julius voit rouge, Roxanne Lajoie, Le Loup de Gouttière/Les petits loups
Minie Bellavance déménage, Dominique Giroux, Pierre Tisseyre/Papillon
La dernière nuit de l’Empress of Ireland, Josée Ouimet, Pierre/Tisseyre/Papillon
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Sur le livre
  4. L’édition jeunesse au Québec : La vie avant Harry