Articles

Sur le livre

Les libraires - Numéro 117
Ils nous font voir le monde

Ils nous font voir le monde

Par Josée-Anne Paradis, Les libraires, publié le 10/02/2020

Sur la ligne de feu / Jean-François Lépine, Libre Expression, 444 p., 29,95$
S’il nous présente le métier de reporter à l’étranger comme étant « le mythe de Tintin dans son application la plus entière », soulignant la liberté et l’exotisme que ce statut procure, Jean-François Lépine aborde également la lente dégradation de la place de la couverture internationale au fil des ans. Dans cet ouvrage biographique fascinant, il survole les quarante dernières années grâce aux notes qu’ils conservaient dans ses carnets. Celui qui a littéralement vu sous ses yeux le monde changer nous parle de politique, d’enjeux internationaux, d’humanité. Un livre essentiel pour comprendre l’importance des reporters à l’étranger et pour la suite du monde…

 

Envoyé spécial / Michel Jean, 10/10, 264 p., 14,95$
En dix chapitres associés à un moment marquant de sa carrière, l’auteur (Kukum, Le vent en parle encore, Elle et nous, etc.) et journaliste Michel Jean revient sur huit années de métier à l’étranger, alors qu’il a dû couvrir les attaques terroristes du 11 septembre, la crise haïtienne de 2003, le tsunami de l’océan Indien de 2004 et la guerre en Irak, entre autres. En revenant sur ces événements emplis d’émotions et en les décrivant d’une plume habile, il nous en apprend sur les dessous du métier, sur l’importance d’avoir des yeux, là-bas, pour nous raconter à nous, ici. « Un des meilleurs livres sur le journalisme parus au Québec ces dernières années », en a dit Louis Cornellier, du Devoir.

 

Promets-moi que tu reviendras vivant / Danielle Laurin, Libre Expression, 200 p., 24,95$
Quel est ce besoin insatiable d’adrénaline qui anime les journalistes de guerre, les poussant à poser le pied sur des territoires souvent prêts à exploser? Voilà la question de Danielle Laurin, dont le mari est reporter à l’étranger et qu’elle a vu maintes et maintes fois partir, sans savoir s’il allait revenir… Afin de comprendre ses motivations, elle s’est tournée vers une vingtaine d’autres journalistes qui osent mettre leur vie en jeu, dont une qui aura été ligotée 157 jours durant en Irak et qui continue d’exercer son métier. Laurin sonde leurs intentions et explore leur passion, le tout avec une écriture empreinte de questionnements, certes, mais aussi de colère et d’amour, de tristesse et de curiosité. Merveilleusement touchant.

 

Boules d’ambiance et kalachnikovs / Nathalie Blaquière, Éditions David, 382 p., 24,95$
À son tout premier reportage à l’étranger, on envoie Nathalie Blaquière au Congo. Là où plus de cinq millions de victimes ont péri. En racontant son expérience, la journaliste offre une véritable plongée bouleversante pour quiconque n’a connu que le confort canadien : dans ce coin de l’Afrique règnent des Seigneurs de guerre, des cannibales, des enfants sorciers et des hommes dont les mitraillettes ne sont pas que parure… Mais ce récit, s’il se lit comme un thriller, n’est pas que noir : la résilience, la beauté et l’humour du peuple en forgent d’heureux contours.

 

J’ai risqué ma vie pour des images / Patrice Massenet et Paul Toutant, L’Homme, 208 p., 26,95$
Cinquante ans durant, Patrice Massenet a accompagné aux quatre coins du globe les grands reporters de Radio-Canada. Ce caméraman qui n’a pas le même rapport à la neutralité ou au politiquement correct que ses collègues journalistes nous offre un ouvrage qui s’avère une fenêtre sur une scène internationale telle qu’on ne la voit même pas à la télévision : le vrai visage de certains politiciens, ce qui scintille réellement dans l’œil des enfants confrontés aux horreurs de la guerre, l’odeur des cadavres rwandais, la dévotion de certains fidèles réunis, etc. Un précieux témoignage qui s’inscrit en complément des ouvrages susmentionnés.

 
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Sur le livre
  4. Ils nous font voir le monde