Articles

Sur le livre

Les libraires - Numéro 108
Ces livres qu’on a lus cet été

Ces livres qu’on a lus cet été

Par Alexandra Mignault et Josée-Anne Paradis, Les libraires, publié le 31/08/2018

1) La fille qui brûle
Claire Messud (trad. France Camus-Pichon), Gallimard, 254 p., 34,95$
Il faut absolument découvrir Claire Messud. Cette auteure possède une acuité incroyable pour disséquer les situations, les relations, positionnant chacune de ses histoires à un rang supérieur. Dans ce quatrième roman, elle sonde la relation de deux amies, qui se connaissent depuis l’enfance et dont l’adolescence les séparera en douceur. Comme une grande histoire d’amour qui s’étiole sans que rien n’ait déclenché l’éloignement, leur relation ouvre la porte à une question : connaissons-nous vraiment ces gens qui nous semblent transparents?

 

2) Le Montréaler
Collectif, Somme toute, 72 p., 19,95$
En hommage au magazine The New Yorker dont les illustrations de couvertures font la renommée et en écho au projet The Parisianer, cet ouvrage est un florilège d’interprétation de ce que Montréal est aux yeux de soixante-deux artistes ou auteurs. Catalogue d’exposition qui a eu lieu à l’automne 2017 puis à l’été 2018, ce livre regroupe des visions touchantes, terrifiantes, belles, drôles ou artistiques de la métropole. Mais, surtout, il met de l’avant le talent impressionnant de nos artistes contemporains. Le livre idéal à conserver sur sa table à café! 

 

3) Sous un ciel nouveau
Kei Fujii et Cocoro Hirai (trad. Géraldine Oudin), Ki-oon, 180 p., 27,95$
Quatre nouvelles s’entrelacent dans ce recueil de bandes dessinées gagnant du Prix Asie de la Critique ACBD, nouvelles qui ont en commun une grande humanité, une certaine douceur ainsi qu’un regard sentimental et pudique porté vers l’avenir. Avec philosophie, on plonge dans ce que le Japon a de meilleur à offrir, autant du côté de la tradition que de la modernité, aux côtés de personnages qu’on prend immédiatement sous notre aile. On parle de famille, de mort, de résilience. Parfait pour les amateurs de Taniguchi ou ceux qui ne fréquentent pas encore l’univers du manga.

 

4) Les détectives du Yorkshire (t. 1) : Rendez-vous avec le crime
Julia Chapman (trad. Dominique Haas), Robert Laffont, 384 p., 24,95$
Pour ceux qui aiment les intrigues mais détestent les effusions de sang, les romans policiers dits « cosy mystery » sont tout à fait appropriés. Dans la veine des « Agatha Raisin enquête », cette nouvelle série nous entraîne dans la tranquillité du Yorkshire où une agence de détective privé ainsi qu’une de rencontres amoureuses devront unir leur force pour comprendre une série de meurtres qui vient bouleverser la quiétude villageoise. C’est aussi léger que réjouissant!

 

5) L’irrésistible histoire du Café Myrtille
Mary Simses (trad. Julie Groleau), NiL, 432 p., 29,95$
Ellen, une avocate new-yorkaise, séjourne à Beacon, ville côtière du Maine, afin d’exaucer le dernier vœu de sa grand-mère. En tombant d’un ponton, elle est emportée par le courant; un homme la sauve de la noyade. Pourquoi l’embrasse-t-elle? Cet homme la trouble plus qu’elle ne le voudrait. Alors qu’elle découvre peu à peu le passé de sa grand-mère, son fiancé vient la rejoindre. Cette comédie romantique charmante rappelle Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

 

6) En camping avec mon farfelu de grand-père
Claudine Paquet, Vents d’Ouest, 142 p., 10,95$
Dix jours de camping au Nouveau-Brunswick : voilà la proposition du grand-père de Charles. C’est un plan excitant, puisque l’excentricité de papi a toujours de quoi pimenter la vie de son petit-fils, que ce soit un drôle de maillot de bain ou des blagues à se tordre de rire. Mais parfois, le caractère un peu « fou braque » de son grand-père exaspère Charles. Saura-t-il passer à travers ces dix jours?! En s’attaquant ainsi aux relations intergénérationnelles et en poursuivant avec le duo découvert dans Les bouffonneries de mon grand-père, Claudine Paquet s’assure d’amuser son lecteur! Dès 9 ans

 

7) Françoise Stéréo : Anthologie
Collectif, Moult Éditions, 302 p., 27,95$
Françoise Stéréoest un peu comme « la petite sœur de La Vie en rose », pour reprendre la comparaison d’une collaboratrice à cette revue féministe numérique, notamment en raison du ton, de son humour et des sujets traités. Et voilà qu’elle fait le saut vers une édition papier, laquelle compile la crème de la crème des textes publiés. Les sujets – et les collaboratrices de tous horizons – sont divers : travail, peur, sport, culture, expression du désir. Le tout y est pertinent, étayé, intelligent et, bien entendu, toujours traité avec l’angle de la revendication de ne plus faire des femmes le sexe subordonné.

 

8) Famille futée (t. 4) 
Geneviève O’Gleman et Alexandra Diaz, L’Homme, 496 p., 29,95$
Ce quatrième tome réunit les recettes des saisons 5 et 6 de l’émission Cuisine futée, parents pressés à Télé-Québec : 200 idées afin de bien manger malgré les aléas du quotidien. Au menu, on retrouve notamment des soupers de soirs de semaine, de la cuisine réconfort, des dîners rapides, de la cuisine autour du monde et des desserts décadents. On aime les recettes simples, économiques, santé et gourmandes de Famille futée.

 
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Sur le livre
  4. Ces livres qu’on a lus cet été