Articles

Poésie et théâtre

Les libraires - Numéro 97
Baron Marc-André Lévesque répond à la question : Pourquoi être poète en 2016?

Baron Marc-André Lévesque répond à la question : Pourquoi être poète en 2016?

Par Baron Marc-André Lévesque, publié le 24/10/2016

Je pousse ma luck un peu parce qu’on m’a demandé un manifeste

1. Toujours tout commencer par le point varia : On sait de moins en moins ce qu’est un poème. On s’en contrebasse et c’est pour ça que j’en écris. Ton lit défait est un poème, le sourire de ma mère est un poème, ta débarque en skateboard est un poème drôle et violent et triste. C’est spécial. Le poème, c’est les moustaches de chat qui nous confirment que tout est possible et que le terrain de jeu ne fait que grandir.

2. Errance et découvertes : J’aime lire le nouveau poème de quelqu’un. Je rêve de voir quelqu’un gosser un texte pour une soirée de poésie en passant de ouain mais là ça c’tu bon? à bah c’pas grave personne écoute dans ces soirées-là anyway et s’offrir ainsi la permission des niaiseries, du lousse, des confidences, parce que c’est pour ça qu’on écoute dans les soirées de poésie.

3. Prix de participation : _______________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________

4. Faut pas oublier la question de la trace : On écrit des poèmes pour parler de notre époque, de nos pucks dans le front, de nos ruptures, de notre angoisse. On se dit qu’un moment donné quelqu’un va tomber sur nos poèmes et dire bin voyons je vis exactement la même chose, je l’aurais pas écrit de même, mais ça fait donc bin du bien. On écrit des poèmes parce qu’on refuse de vivre seul.e. et en vain ce qu’on vit?

5. Toujours tout finir par un autre point varia juste pour être safe : On écrit des poèmes en 2016 pour qu’il s’écrive des poèmes en 2016, parce que ce serait gênant qu’il n’y en ait pas. On écrit des poèmes en 2016 d’un coup que ça fasse rire, que ça donne sens, que ça trouve écho, que ça offre un baume ou une bombe en cadeau. On écrit des poèmes parce que c’est un jeu ouvert qui a besoin d’être nourri.

(ça finit de même)

 

Baron Marc-André Lévesque
Ses poèmes aiment bien colorier hors des lignes, dévoile la quatrième de couverture de son premier recueil de poésie, intitulé Chasse aux licornes (L’écrou). En effet, Baron Marc-André Lévesque sort des sentiers battus avec une poésie éclatée, ce que corrobore le libraire Shawn Cotton, de la librairie Raffin (Montréal) : « Baron Marc-André Lévesque explose les codes, les reprogramme et hacke les poèmes pour en faire des ovnis. […] C’est vivant comme une première fois, sans complexe et habile par instinct. » Comme ce livre qui décloisonne la poésie a été finaliste en 2016 au Prix des libraires dans la catégorie poésie, il nous semblait donc pertinent de connaître le point de vue de Baron Marc-André Lévesque sur l’état de la poésie québécoise. Il prévoit publier Toutou Tango (cahier d’activités) aux éditions de L’écrou à l’automne 2017, un projet qui devrait aussi colorier hors des lignes.


Photo : © André Lévesque

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Poésie et théâtre
  4. Baron Marc-André Lévesque répond à la question : Pourquoi être poète en 2016?