Articles

Littérature québécoise

Les libraires - Numéro 105
Des premiers romans à surveiller

Des premiers romans à surveiller

Par Alexandra Mignault et Josée-Anne Paradis, Les libraires, publié le 05/02/2018

XieXie
Michelle Deshaies, David, 174 p., 22,95$
XieXie, c’est le nom de la servante chinoise au service du mari de Rose. En 1934, lorsque cette dernière débarque en Chine, elle ne se doute pas qu’elle se liera autant d’amitié avec XieXie. Elle ne se doute pas, non plus, qu’elle mettra le pied dans le trouble de l’occupation coloniale en Chine. L’auteure possède une formation en histoire et en journalisme : elle était ainsi fortement outillée pour s’attaquer à ce sujet et prouve qu’elle maîtrise l’écriture…

 

Un mal terrible se prépare
Laurent Lussier, La Mèche, 24,95$
Ici, le lecteur n’a pas à choisir entre la lecture d’un roman d’aventures ou celle d’un ouvrage plus philosophique : il a les deux réunis sous une même couverture. En naturaliste amateur, le narrateur, calepin en main, est prêt à laisser « surprises, dangers, trouvailles » se faufiler dans sa vie. C’est l’histoire d’un gars des bois qui porte un discours philosophique comme on en lit trop peu, le tout dans une langue poétique et imagée, avec un brin d’ironie, à qui arrivera moult péripéties, parfois drôles, parfois troublantes. Un roman d’une grande fraîcheur.

 

Dévorés
Charles-Étienne Ferland, L’Interligne, 210 p., 19,95$
L’histoire est une dystopie : notre planète est envahie pas un insecte à la robe bicolore noire et jaune, dont certains mesurent plus d’un mètre de long, qui ravage tout sur son passage. Alors que la civilisation est réduite au chaos, Jack tentera de joindre une petite île en Ontario qui, dit-on, serait à l’abri de l’invasion. C’est donc l’histoire d’une survie, racontée avec soin alors que s’enchaînent les rebondissements. Et vous ne serez pas étonné d’apprendre que l’auteur est étudiant à la maîtrise en… entomologie!

 

Encabanée
Gabrielle Filteau-Chiba, XYZ, 100 p., 18,95$
Après avoir été inspirée par Kamouraska d’Anne Hébert, l’auteure a troqué la vie citadine pour les bois où elle s’est encabanée, notamment pour écrire. Elle raconte ici l’histoire d’Anouk qui fait le même pèlerinage, s’installant à Kamouraska lors d’un hiver glacial et tenant le journal de ce voyage au bout d’elle-même. Un inspirant périple qui donne le goût d’avoir sa chambre à soi au cœur de la forêt.

 

Ce sera tout
Michel Gay, VLB éditeur, 168 p., 24,95$
Voilà un premier roman pour le moins original, voire complètement déjanté et déboussolant! Alors qu’un roman doit s’écrire, le narrateur multiplie les digressions et les notes en bas de page, parsemant le tout de réflexions sur la littérature et l’édition. On a l’impression de s’y perdre, mais on s’amuse à démystifier et à suivre tous ces dérapages contrôlés. Parce que l’auteur, lui, sait où il s’en va. En librairie le 19 février.

 

Bon chien
Sarah Desrosiers, Hamac, 198 p., 19,95$
La narratrice se remémore l’enfant sage qu’elle était, une ballerine travaillante et acharnée qui tentait de devenir la meilleure. Même si elle faisait tout ce qu’il fallait, comme un bon chien, elle ne se sentait pas à la hauteur. Ce premier roman singulier interroge l’obsession de la performance et la difficulté de trouver sa place dans le monde.

 

La librairie des insomniaques
Lyne Gareau, Les Éditions du Blé, 172 p., 19,95$
Dans ce premier roman qui se déroule dans un futur proche, Lyne Gareau joue avec différents niveaux de lecture et multiplie les mises en abyme. Les personnages créés par son personnage d’auteure – Julie-Anne – sont ceux qu’on retrouve dans le livre de madame Gareau. Mais l’histoire qu’on suit est celle d’Alex, qui décide d’abandonner la société et d’accepter avec détachement son état d’insomniaque, choisissant la liberté que permet le fait d’être ermite. C’est dans une librairie, de nuit, qu’Alex rencontrera justement la plupart des personnages. Pourquoi a-t-il choisi de vivre reclus? C’est là toute la raison d’être de ce roman.

 

Le jardin de cendres
Mélanie L’Hérault, Guy Saint-Jean Éditeur, 424 p., 24,95$
Lors des funérailles de sa mère, décédée d’un cancer, Pastelle se remémore avec sa famille excentrique la vie de la défunte à travers des anecdotes et des souvenirs, parfois drôles, parfois touchants, parfois déjantés. C’est l’occasion de rendre hommage à cette femme extravagante, aimante, humaine, tout en découvrant davantage cette famille hors du commun. Divertissant à souhait!

 
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature québécoise
  4. Des premiers romans à surveiller