Articles

Littérature québécoise

Les libraires - Numéro 92
Ces auteurs qui scénarisent

Ces auteurs qui scénarisent

Par Alexandra Mignault, Les libraires & Josée-Anne Paradis, Les libraires, publié le 07/12/2015

Ils signent des romans qui nous touchent, des aventures qui nous enivrent. Mais leur plume ne se déploie pas uniquement dans les romans. Plusieurs, pour survivre financièrement et parce qu'ils aiment également l'exercice, mettent leurs mots aux profits de téléséries. Découvrez six de ses auteurs-scénaristes québécois dont on peut voir l'œuvre au petit écran!

Johanne Seymour
Au printemps 2016, sur Série+, l’enquêteuse Kate McDougall, le personnage sorti tout droit de la plume de Johanne Seymour dans Le cri du cerf, prendra vie sous les traits de la comédienne Céline Bonnier. La minisérie de six épisodes, qui s’intitule Séquelles, a été adaptée par l’auteure, qui souhaitait faire connaître ses romans et qui n’en était pas à ses premières armes de scénariste (Santa Maria, Diva). Pour Johanne Seymour, « adapter une œuvre romanesque pour l’écran, c’est garder l’essence des personnages; certains détails de l’histoire et le reste demeurent à inventer ». On pourrait dire « qu’un roman c’est ce qui se passe dans la tête des personnages alors qu’un scénario c’est les personnages en action ». Nous pourrons peut-être voir la suite des enquêtes de McDougall grâce à l’adaptation du second titre Le cercle des pénitents. L’univers de son roman sur l’adolescence, Wildwood, pourrait quant à lui se retrouver au cinéma. Croisons les doigts et armons-nous de patience : ce ne sont que des projets « à l’état embryonnaire » pour le moment.

Francine Tougas
Depuis l’automne 2014, le public craque pour la série Au secours de Béatrice, issue du livre Les mardis de Béatrice de Francine Tougas. Ce roman était tout désigné pour être adapté à l’écran étant donné qu’il est basé sur les rencontres entre Béatrice et son psy et qu’il fait ainsi la belle part aux dialogues. Mais mettre en scène uniquement ces rencontres aurait, nous explique l’auteure, « créé des insatisfactions et des attentes par rapport à la “vraie vie” du personnage. J’ai donc dû lui inventer une vie actuelle, une famille, des amis, et même un métier »! Et elle a fait « en sorte, également, que tout ce monde, la famille élargie de Béatrice, soit touché, transformé par la thérapie qu’elle entreprend », dévoile Francine Tougas, qui poursuit en ce moment la rédaction d’une troisième saison et qui a d’ailleurs été récompensée par un Gémeaux dans la catégorie « Meilleur texte : série dramatique ».

Suzanne Aubry
Pour Suzanne Aubry, qui a d’abord été scénariste (Mon meilleur ennemi, Sauve qui peut!) avant d’être romancière, les deux métiers s’alimentent l’un et l’autre : « J’avais besoin d’écrire dans la solitude, d’explorer d’autres univers. La liberté que nous donne le roman est extraordinaire. Une fois qu’on y a goûté, c’est difficile de revenir en arrière… D’où l’idée d’adapter mes propres romans, ce qui me permet d’allier l’écriture romanesque à la scénarisation », nous confie celle qui vient de faire paraître le captivant roman Ma vie est entre tes mains. Elle désire que sa série « Fanette », dont le septième et dernier tome est paru en 2014, se retrouve à la télévision québécoise : « Ma saga raconte une page importante de notre histoire qui, à mon avis, mérite d’être vue sur nos écrans. Je l’ai écrite en tablant sur mon expérience de scénariste; c’est donc éminemment télévisuel, dans la tradition de séries comme Les filles de Caleb ou Blanche qui ont séduit plusieurs générations de téléspectateurs. » Mais en raison des coûts qu’engendre une série historique, les producteurs n’ont malheureusement pas encore donné l’aval à ce projet... On ne perd tout de même pas espoir de voir la série sur nos écrans : « Avec l’arrivée d’un nouveau gouvernement, qui s’est engagé à renflouer les finances de notre téléviseur public, on verra peut-être le retour des grandes séries historiques… C’est du moins mon souhait le plus cher! », nous dévoile l'auteure. 

Sarah-Maude Beauchesne
Dans son premier roman, Cœur de slush, on découvrait la langue dégourdie et imagée de Sarah-Maude Beauchesne. Avec son ton franc, direct et juste assez poétique, il n’est pas étonnant de voir la belle de 25 ans ajouter sa touche à la série Le chalet (VrakTV), pour laquelle elle signe trois épisodes de la seconde saison (hiver 2016). « Mais ce n’est pas fini! », nous assure celle qui travaille aussi avec les productions Passez Go sur une série jeunesse pour la télévision. En plus d’œuvrer avec Sébastien Landry sur le scénario d’un long-métrage pour ados (À notre âge), elle rédige son deuxième roman, qui s’intitulera Lèche-vitrine, qu’on attend pour février. Pour avoir un aperçu de sa griffe et de son univers, il faut visionner les courts-métrages Ce qui est beau ou Le gros X, d’après des textes tirés de son blogue « Les fourchettes ».

Fanny Britt
En plus d’être dramaturge (Bienveillance, Cinq à sept), traductrice, essayiste (Les tranchées), auteure jeunesse (Jane, le renard et moi) et nouvellement romancière (Les maisons), la talentueuse Fanny Britt est également scénariste. Elle a notamment collaboré à la série jeunesse Tactik, au téléroman O’ et à Boomerang. Elle signe également avec l’auteur Richard Blaimert la websérie de Nouvelle adresse, offerte en complément de la série télévisuelle. Oui, on peut dire qu’elle a vraiment tous les talents! Si elle sait jongler avec plusieurs genres, elle joue toutefois dans le même terrain de jeu, celui de la création, de l’imaginaire. À l’automne 2014, elle abondait d’ailleurs dans ce sens dans L’actualité : « Depuis que je sais écrire, j’écris des histoires. […] C’est simplement ce que je fais, depuis toujours. C’est sans doute né de mon besoin d’expliquer le monde, de lui donner un sens qui serait rassurant, qui serait à la fois vertigineux et porteur de racines. »

Gabriel Anctil
Tenez-vous bien : c’est Gabriel Anctil qui a longtemps été le grand manitou de la programmation de Ciné-Cadeau! Celui qui a travaillé pendant sept ans à Télé-Québec a également supervisé Les bobos, Les Appendices, les Francs-tireurs, Voir, etc. Donc, lorsqu’on parle de rédaction de scénarios, Anctil sait de quoi il en retourne! « L’écriture de romans et de scénarios, c’est deux types d’écriture qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre, deux approches de travail complètement différentes. Ce qui peut les regrouper, ce sont les dialogues. Et dans mes romans, j’en ai beaucoup! » L’auteur de La tempête et de Sur la 132 écrit actuellement une série pour adultes – en développement chez un diffuseur – de dix épisodes d’une heure « HBO style; il y a des tout nus, de la violence! », dit-il. Ne jouant pas uniquement dans la cour des grands, il fait aussi partie d’un groupe de scénaristes pour Les Parents, Fée Éric et Les Argonautes, en plus d’avoir participé à la scénarisation d’une série radio et d’écrire des contes animés interactifs pour tablettes destinés aux jeunes. Il termine son troisième roman, dont la sortie est prévue à l’automne 2016.

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature québécoise
  4. Ces auteurs qui scénarisent