Articles

Littérature policière

Les libraires - Numéro 96
Rentrée 2016 : Polar et littératures de l'imaginaire

Rentrée 2016 : Polar et littératures de l'imaginaire

Par Morgane Marvier, Monet, publié le 30/08/2016

À surveiller :

Le détectionnaire
Norbert Spehner (Alire)

Les amateurs le savent, les détectives de fiction font partie de leur réalité. Alors, pourquoi ne pas leur consacrer un livre? C’est le cadeau que nous fait Norbert Spehner avec Le détectionnaire, où vous trouverez toute l’information sur vos personnages préférés. Un ouvrage appelé à devenir une référence!

 

La mort nomade
Ian Manook (Albin Michel)

Yeruldelgger est de retour! Le policier mongol ne peut décidément pas prendre sa retraite tranquille, les crimes se multiplient à Oulan Bator. Avec La mort nomade,ledépaysement est garanti pour les lecteurs qui ont adopté ce flic différent des autres. Les compagnies minières qui pensaient pouvoir tout se permettre n’ont qu’à bien se tenir!

 

 

Joseph
Hervé Gagnon (Libre Expression)

Voyageons dans le Montréal du XIXe siècle avec Hervé Gagnon. Son héros Joseph Laflamme n’enquêtera pas dans Joseph, cinquième volume de la série, puisqu’il est cette fois accusé de meurtre. Seul son ami l’inspecteur Marcel Arcand croit en son innocence. Gageons qu’il trouvera les preuves nécessaires pour sauver le journaliste!

 

Pour les lecteurs fidèles
On le sait, le polar peut rendre dépendant. Les lecteurs s’attachent à un enquêteur et en redemandent chaque année. Qu’ils ne s’inquiètent pas, l’automne leur apportera leur dose de flics addictifs. Du côté des Américains, c’est James Patterson qui revient, comme d’habitude. Alex Cross est une fois de plus sous pression! Dans Cours, Alex Cross (JC Lattès) il se retrouve confronté à des meurtres en série, sans se rendre compte qu’il est lui-même devenu la cible d’un individu passablement tordu. Rick Mofina, de son côté, ramène pour la deuxième fois Jason Wade. Toujours en nous présentant le travail de journalisme d’enquête, il entraîne son héros dans un sombre récit d’enlèvement dans Toutes les peurs (Alire). Également chez Alire, cette fois-ci en octobre, Jacques Côté s’éloigne du polar historique pour retrouver Jacques Duval. Attention, les meurtres se multiplient du côté de Québec dans Là où le soleil s’éteint. Le policier et son coéquipier Louis Harel ne seront pas de trop pour enquêter sur tous ces crimes.

À lire aussi : La nature de la bête de Louise Penny (Flammarion Québec), les trois premières enquêtes de la série « André Surprenant » de Jean Lemieux (réédition chez Québec-Amérique).

 

Pour les lecteurs qui veulent sourire
Oui, le polar peut se faire drôle aussi, même s’il s’agit d’humour noir. C’est ce que semble promettre Saint-Chause de Sylvain Meunier aux éditions À l’étage. Quand un hippie-bedeau commence à trafiquer de la drogue dans une église, cela donne des situations saugrenues. Eduardo Mendoza est un spécialiste de l’humour déjanté et il le prouvera sûrement avec Meurtre dans un jardin barcelonais (Seuil). Un détective un peu fou revient sur une enquête vieille de trente ans qui lui avait permis de retrouver un chien et, accessoirement, l’assassin d’un mannequin. Finalement, on est curieux de savoir ce que David McCallum, le médecin légiste de la série télévisée NCIS, peut nous concocter dans La loi de Murphy (City) où un acteur de seconde zone décide de vivre ses scènes d’action dans la réalité. En s’appelant Murphy, il devrait se méfier!

À lire aussi : Le voleur qui comptait les cuillères de Lawrence Block (Gallimard), Un bon écrivain est un écrivain mort de Guillaume Chérel (Mirobole).

 

Pour les lecteurs qui souhaitent voyager
L’auteur français Olivier Truc nous avait déjà fait parcourir la Laponie dans ses romans précédents. On retourne en Suède en compagnie des policiers Klemet et Nina dans La montagne rouge (Métailié), où des ossements sont retrouvés dans un enclos de rennes. Une belle manière de découvrir la culture lapone et un dépaysement garanti! Camille Bouchard nous amène sous le soleil de l’Afrique dans Et Dieu perd son temps (Alire). Ici, pas d’image d’Épinal, mais un roman sur la vie des réfugiés aux prises avec les trafiquants, les gouvernements corrompus et la violence des armées. Cœurs sensibles s’abstenir, mais il suffit de lire les journaux pour savoir que la réalité n’est jamais très loin de la fiction. Grâce au polar, on peut aussi voyager dans le temps. C’est le cas avec Camus doit mourir de Jean Charbonneau (Québec-Amérique). Alors que la Deuxième Guerre mondiale se termine en Europe, nous retrouvons Albert Camus aux prises avec un milicien bien déterminé à l’assassiner. Il s’agit du second roman de cet auteur qui a reçu le prix du premier polar à Saint-Pacôme en 2013. À suivre, donc!

À lire aussi : Kabukicho de Dominique Sylvain (Viviane Hamy).

 

Pour les lecteurs qui apprécient le noir
Héliotrope continue son voyage dans le territoire québécois en compagnie de Marie-Ève Sévigny, qui nous entraîne sur l’île d’Orléans pour nous parler de travailleurs étrangers dans un roman noir qui n’a pas encore de titre. Surveillez cette collection qui tient ses promesses chez votre libraire! Du côté français, c’est le retour de DOA avec Pukhtu Secundo aux éditions Gallimard, qui propose un voyage dans un Afghanistan miné par la guerre et les trafics ainsi qu’une réflexion sur l’honneur, au nom duquel se commettent les pires violences.

À lire aussi : Cabossé de Benoit Philippon (Gallimard), Avant que tout se brise de Megan Abbot (du Masque) et en novembre, un nouveau roman de Patrick Senécal (Alire).

 

Pour les lecteurs de polars engagés
Avec La griffe du chien, Don Winslow avait écrit un des grands romans sur le trafic de drogue entre les États-Unis et le Mexique. Cartel, au Seuil, se déroule quelques années plus tard. Adán Barrera purge sa peine dans une prison américaine jusqu’à son évasion. Il fera alors tout pour se venger d’Art Keller, l’agent de la DEA qui l’a fait tomber. Ce dernier a déjà perdu sa famille et son emploi dans son combat contre le baron de la drogue; lorsqu’il est contacté par les autorités mexicaines pour retrouver Barrera, il lui faudra aller jusqu’au bout. Thomas H. Cook reste aux États-Unis dans son nouveau roman. Alors que le pays est en effervescence et que les Noirs se battent pour leurs droits civiques, une jeune fille est assassinée. Histoire d’amour qui a mal tourné ou crime politique? Trente ans plus tard, un des protagonistes décide qu’il est temps de parler. Sur les hauteurs du Mont-Crève-Coeur (Seuil) promet un beau portrait de la société américaine des années 60.

À lire aussi : Rome brûle, Carlo Bonini et Giancarlo De Cataldo (Métailié)

 

Pour les lecteurs qui aiment le suspense
Avec Pourquoi moi? chez JC Lattès, Chelsea Cain nous présente une nouvelle héroïne, Kick Lannigan. Jeune, elle a été enlevée par des inconnus pendant cinq ans. Devenue adulte, elle a appris à se défendre. Contactée par un personnage mystérieux appelé Bishop, elle accepte de l’aider à retrouver deux enfants victimes d’un kidnapping. Donato Carrisi nous montre que la justice n’est pas toujours rendue avec La fille dans le brouillard chez Calmann-Lévy. Alors qu’il se trouve en prison pour un crime qu’il n’a pas commis, un homme prépare sa vengeance contre le policier qui a falsifié les preuves qui l’ont fait enfermer. Aux éditions Calmann-Lévy également,Jack Reacher revient avec Retour interdit. Le héros de Lee Child est accusé d’un meurtre ayant eu lieu seize ans plus tôt et part en Afghanistan à la recherche de son commandant en chef qui n’est jamais arrivé à destination. Vaste programme pour l’agent qui reprend du service!

À lire aussi : Mauvaise compagnie de Laura Lippman (Toucan), Les anges sans visages deTony Parsons (Martinière).

 

Pour ceux qui préfèrent la fantasy et le fantastique
Ariane Gélinas
aime nous présenter des lieux inexplorés. Dans Les cendres de Sedna chez Alire, elle nous ramène à la fin du 19e siècle pour des rencontres particulières au village de Tête-à-la-Baleine, dans une histoire où se mêlent expériences scientifiques et dieux marins de la mythologie inuite. Parions que le voyage avec cette digne héritière de la tradition fantastique sera dépaysant. Élisabeth Tremblay poursuit sa série Sang de pirate avec le troisième tome, Poursuites, aux éditions de Mortagne. Les lecteurs fidèles y retrouveront les Kaléïdes et leur recherche des sept trésors du pirate Sax. Vous êtes amateur de science-fiction? Marie Bilodeau revient avec le deuxième volume de Mirial, La chute de Mirial, chez Alire. Layela est devenue la gardienne de la planète. Le calme sera pourtant de courte durée; il lui faudra trouver un autre lieu pour assurer la sécurité de sa fille. Toujours aux éditions Alire, on retrouvera le nouveau roman d’Héloïse Côté. Deux ans après les évènements de La Tueuse de dragons, Deirdra doit à nouveau se mettre en chasse alors que les dragons semblent migrer vers le sud en détruisant tout sur leur passage. Mais sont-ils vraiment les responsables?

À lire aussi : D’une rive à l’autre de Mathieu Gaborit (Hélios), Magie noire, magie blanche de Dominique Perrier (Mortagne), Les terres de l’Est de Chloé Chevalier (Moutons électriques), Les Rhéteurs d’Isabelle Bauthian (ActuSF), Le Royaume rêvé d’Adrien Tomas (Mnémos).

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature policière
  4. Rentrée 2016 : Polar et littératures de l'imaginaire