Articles

Littérature policière

Les libraires - Numéro 114
La rentrée littéraire 2019 : Polar et littératures de l'imaginaire

La rentrée littéraire 2019 : Polar et littératures de l'imaginaire

Par Alexandra Mignault, Les libraires, publié le 03/09/2019

À surveiller

Le couteau
Jo Nesbø (Gallimard)
De nouveau dans la police criminelle d’Oslo, mais maintenant relégué aux cas non résolus, Harry Cole a recommencé à boire. Faisant fi des ordres, Harry traque un violeur et tueur en série qui vient d’être libéré et qu’il avait jadis arrêté. Après une soirée très arrosée, il se réveille les mains couvertes de sang, qui n’est pas le sien, et il ne se souvient pas de la veille. Alors qu’il pensait avoir touché le fond, il sombrera encore davantage. Du grand Jo Nesbø !

 

Tempêtes
Andrée A. Michaud (Québec Amérique)
Dans ce roman sombre, l’auteure renoue avec ses atmosphères envoûtantes et mystérieuses. Arrivée sur un coup de tête à Cold Mountain, la narratrice est seule, isolée pendant une tempête dans une maison qu’elle vient d’hériter de son oncle. Pendant qu’elle cherche un sens à sa vie, elle a peur, ayant l’impression d’être épiée. Rien pour la rassurer : des morts suspectes surviennent dans la région et la nature se déchaîne.

 

Le cercle de cendres
Félix Ravenelle-Arcouette (Héliotrope)
Dans ce roman noir, premier de l’auteur, Dave essaie de trouver une place dans sa communauté. Il souhaitait étudier en droit, mais cherchant davantage de plaisir, il bifurque plutôt vers la marge, qui représente un plus grand attrait. Il s’associe au trafic des bandes de motards de la réserve. Puis, voulant s’émanciper tout en grimpant les échelons du crime organisé, il échafaude un plan pour damer le pion à ses patrons et prendre le contrôle.

 

Les héritiers de Nikola Tesla
Sébastien Chartrand (Alire)
L’auteur amalgame les avancées technologiques, la santé moderne, les arts, le génie scientifique et la folie. Au début du XXe siècle, Paris est sous la domination d’un régime autoritaire. Le progrès scientifique s’inspire des inventions de Nikola Tesla, et un mal du siècle ronge la population. Ce mal, un spleen qui touche plus de 10 % de la population, fait basculer lentement les gens vers la folie. Puis, le fils du célèbre Nikola est assassiné. Mais comme il possédait le don de voir l’avenir, il aurait dû être capable de se prémunir contre cette attaque. Un lieutenant enquête sur cette histoire étrange.

 

Aquariums
J.D. Kurtness (L’instant même)
Une biologiste québécoise participe à une expédition dans l’Arctique, rassemblant des collègues scientifiques de la planète. Pendant leur expédition, alors que ces personnes sont isolées du reste du monde, un virus élimine presque l’entièreté de l’humanité. Après De vengeance, J.D. Kurtness signe un roman d’anticipation qui se déroule dans un avenir proche, sondant l’existence et le sort de l’humanité.

 

Des retours réjouissants
David Lagercrantz renoue pour une dernière fois avec les célèbres personnages de la populaire saga « Millénium » de Stieg Larsson dans un sixième tome, La fille qui devait mourir (Actes Sud). La finale de cette série jongle de nouveau avec plusieurs trames, abordant des scandales politiques, des jeux de pouvoir, des technologies et des propos haineux qui engluent les réseaux sociaux. Avec le thriller Askja (Albin Michel), Ian Manook présente la suite d’Heimaey et poursuit son incursion dans l’Islande, dévoilant son côté sombre. Dans cette nouvelle aventure, il y a « deux crimes sans cadavre et sans témoin, desquels sont accusés deux hommes sans mémoire ». Ça promet! L’auteure Donna Leon revient à Venise avec une autre enquête du commissaire Brunetti qui, cette fois, s’intéresse aux dépendances d’un adolescent au père inquiet. Ce dernier est retrouvé inanimé, blessé à la tête. L’enquête de Brunetti le mènera à lorgner du côté du monde médical dans La tentation du pardon (Calmann-Lévy). De son côté, l’inspecteur Georges Gorski, de retour sous la plume de Graeme Macrae Burnet, annonce à une femme la mort de son mari dans un accident de voiture. Mais l’épouse ne semble pas atterrée par la nouvelle et paraît ignorer pourquoi son mari se trouvait sur cette route en pleine nuit. Gorski enquête sur ce couple en apparence banal dans L’accident de l’A35 (Sonatine). La neuvième tombe (Albin Michel), de Stefan Ahnhem, se déroule six mois avant les événements d’Hors cadre. Fabian Risk et sa collègue enquêtent dans une affaire complexe qui les dépasse. Il y a d’abord le ministre de la Justice qui a disparu, puis la femme d’un animateur célèbre qui a été tuée chez elle et des corps mutilés qui sont ensuite retrouvés. Quant au pire tueur de l’histoire, le Bourbon Kid, il n’est finalement pas mort et est de retour dans Que le diable l’emporte (Sonatine). L’auteur anonyme derrière Le livre sans nom récidive dans ce récit déjanté. Comme il a des gens à ses trousses, le Kid se réfugie dans un monastère qui renferme des secrets, et il aura affaire à des gens qui n’ont pas toute leur tête… Avec Paz (Gallimard), Caryl Férey propose un thriller politique avec, en filigrane, une tragédie familiale et une guerre civile. En Colombie, alors que le pays semble retrouver la paix après la guerre et qu’un politicien profite de cette accalmie, des corps mutilés sont découverts à divers endroits. Le chef de la police de Bogotá, un ancien militaire, cherche les coupables et doit s’intéresser à son passé familial afin de démêler les nœuds de toute cette histoire. Lionel Noël explore les conséquences de la Deuxième Guerre mondiale dans son dernier roman, Halifax Express (Alire). À l’aube de la guerre, la Grande-Bretagne a envoyé au Canada tous ses trésors pour les protéger, mais une fois à destination, le train transportant cette marchandise est détourné. Après la guerre, le vol n’est toujours pas résolu. L’officier de la GRC chargé de la protection du train tentera d’élucider cette affaire.

À lire aussi
Plus jamais, James Patterson (L’Archipel)
Freux, Pierre Ouellet (L’instant même)
L’ombre du renard, Nicolas Feuz (Slatkine & Cie)
Coups de vieux, Dominique Forma (Robert Laffont)

Histoires de disparitions
Noémie, capitaine de police, est atteinte d’une balle à la tête lors d’une opération. Meurtrie, elle survit néanmoins. On l’envoie travailler dans un village tranquille où elle s’ennuie, jusqu’au jour où le corps d’un enfant disparu depuis vingt-cinq ans est retrouvé. Olivier Norek est l’auteur de ce suspense (Surface, Michel Lafon). Avec Je ne suis pas un monstre (Plon), la journaliste Carme Chaparro Martínez signe un premier roman prenant. Un 24 décembre, un enfant disparaît dans un centre d’achats dans les mêmes circonstances qu’une ancienne affaire. L’inspectrice Ana fera tout pour retrouver le garçon, surtout qu’elle avait échoué la première fois. Dans Liquide inflammable, de Robert Bryndza (Belfond), l’inspectrice Erika Foster enquête sur une histoire aux ramifications complexes et cauchemardesques. Alors qu’elle cherchait une cargaison de drogue dans une vieille carrière inondée, elle trouve un sac avec des ossements d’enfant, qui s’avère appartenir à une fillette de 7 ans, disparue en 1990 et dont le cas n’avait jamais été résolu. Erika cherche à découvrir ce qui s’est passé. Dans L’arbre aux fées (B. Michael Radburn, Seuil), Taylor, un garde-forestier australien, ne se remet pas de la disparition de sa fille de 8 ans. Comme son couple n’a pas tenu le coup après cette tragédie, il part travailler en Tasmanie. Puis une autre fillette âgée de 8 ans disparaît. Taylor espère élucider ces disparitions et retrouver sa fille. L’été des disparues (Guy Saint-Jean Éditeur), de Charlie Donlea, auteur américain à succès traduit pour la première fois en français, est un suspense redoutable. Rory, une spécialiste en reconstitution légale, doit investiguer sur une affaire remontant à l’été 1979, alors que cinq femmes avaient disparu. Une femme étrange, Angela, avait alors découvert l’identité de l’assassin, puis s’était elle aussi volatilisée. L’homme qu’elle avait identifié avait alors été accusé de son meurtre. Quarante ans plus tard, il s’apprête à sortir de prison. Rory doit découvrir ce qui est vraiment arrivé à Angela.

Des suspenses haletants
À Édimbourg, un homme est assassiné en plein festival de rock. Un peu après, le corps d’une femme est retrouvé. Les inspecteurs n’établissent aucun lien entre les deux meurtres jusqu’à ce que le meurtrier révèle ses prochaines victimes par le biais de graffitis. Une proie idéale d’Helen Fields (Marabout) s’avère un suspense sombre et efficace. Les cadavres s’accumulent aussi dans Crime et délice de Jonathan Kellerman (Seuil), une trentième enquête pour le lieutenant Milo et le psychiatre Alex. Cette fois, ces derniers devront élucider le meurtre d’une jeune femme, retrouvée morte chez elle. Puis, d’autres victimes feront surface, sans que rien semble relier tous ces meurtres… Un véritable casse-tête à résoudre!

À lire aussi
L’agence, Mike Nicol (Gallimard)
Faux pas, Maria Adolfsson (Denoël)
Le mystère Sammy Went, Christian White (Denoël)
Corps inflammables, Laura Lippman (Guy Saint-Jean Éditeur)

Mystères familiaux
Après L’assassin de ma sœur, Flynn Berry revient avec L’affaire Lord Spenser (Presses de la Cité). Quand Claire était jeune, sa nounou a été assassinée et sa mère a échappé de peu à l’agresseur, qui s’avère être son père. Celui-ci n’a jamais été retrouvé, laissant derrière lui une voiture pleine de sang. Trente ans plus tard, ce mystère n’est toujours pas résolu. Claire devra replonger dans son passé tragique alors que de nouveaux indices émergent. Après Comme de longs échos, Elena Piacentini retrouve la capitaine Mathilde Sénéchal dans Vaste comme la nuit (Fleuve). Mathilde retourne sur les lieux de son enfance, dans un village proche de Dieppe, pour se plonger dans une ancienne enquête, datant de trente ans. Ce sera l’occasion de renouer avec son passé, même si sa mémoire lui fait défaut. Elle devra affronter le traumatisme qui la hante. Pour sa part, Alafair Burke, la fille de l’auteur James Lee Burke, offre Un couple irréprochable (Presses de la Cité). En banlieue de New York, une famille en apparence parfaite se retrouve au cœur d’un scandale. Le mari d’Angela est soupçonné d’être un prédateur sexuel. Et ça se complique encore plus quand une des femmes qui l’accusent disparaît. Après avoir écrit pour les adolescents et les jeunes adultes, Rachel Caine fait une première incursion du côté du thriller grâce à L’ombre de la menace (L’Archipel). La vie de Gina et de ses deux enfants bascule lorsqu’un corps est trouvé dans le garage familial. Son mari, qui s’avère être un tueur en série, est emprisonné. N’étant pas complice de ces atrocités, Gina est acquittée. Mais comme les gens continuent de la harceler, elle déménage avec ses enfants et change d’identité. Installée ailleurs, la vie reprend son cours peu à peu. Jusqu’au jour où le cauchemar recommence, alors qu’une femme est retrouvée morte, un meurtre rappelant le modus operandi de son mari… L’auteure de Canicule et de Sauvage, Jane Harper, revient avec Lost Man (Calmann-Lévy). Campé dans l’outback australien, ce thriller raconte l’histoire de trois frères qui possèdent des ranchs avoisinants mais tout de même éloignés. Quand un des trois est retrouvé mort, les deux autres se rendent au ranch du défunt afin de comprendre pourquoi leur frère avait déserté sa ferme et erré dans le désert, ce qui semble avoir entraîné sa mort. Des secrets de famille devront être déterrés. Après L’ange (en)volé, le personnage de Rick Mofina, Kate Page, revient pour une deuxième enquête dans Dernière limite (Alire). Il y a plus de vingt ans, la sœur de Kate a disparu. Kate a tout essayé pour la retrouver, sans succès. Mais voilà que cette enquête refait surface quand un policier lui apprend que le corps d’une femme a été retrouvé carbonisé et qu’un pendentif semblable à celui de sa sœur a été découvert sur les lieux.

À lire aussi
L’héritage Davenall, Robert Goddard (Sonatine)

Romans noirs
Âgé de 14 ans, Jesse perd son père qui meurt après une chute. Il erre dans les bois et fait la rencontre de Billy, un vagabond, avec qui il se lie d’amitié. Le monde de Jessy bascule à nouveau alors que cet accident, qui n’en est peut-être pas un, pourrait bien être l’œuvre d’un membre de son entourage, selon ce que lui révèle Billy. Ce roman de Peter Farris (Les mangeurs d’argile, Gallmeister) amalgame manipulations, trahisons et amitiés périlleuses. Dans Bête noire (Sonatine), Anthony Neil Smith ramène son personnage Billy, ex-shérif et antihéros, découvert dans Lune noire. Billy est maintenant dans un groupe de motards et essaie de mener une vie paisible malgré tous ses vices. Mais un agent du FBI souhaite le mener à sa perte. Billy ne se laissera pas faire. Une histoire de vengeance et d’affrontements entre ces deux hommes est au menu de ce roman. À Brooklyn, une jeune femme est témoin d’un meurtre dans une rue. Elle a vu l’assassin, mais plutôt que le dénoncer, elle le traque, effrayée et fascinée par ce crime. Elle se met ainsi en danger dans Le témoin solitaire de William Boyle (Gallmeister). Un homme qui travaille à Wall Street a détourné des millions de dollars avant de fuir dans les Caraïbes. Accompagné d’une femme douée en finance, Neal est chargé de le retrouver. Mais il n’est pas le seul à poursuivre cette mission pour récupérer l’argent. Entre roman noir, roman d’aventures et satire de la cupidité et du capitalisme, Coup de vent, de Mark Haskell Smith (Gallmeister), met en scène une poursuite dans les Caraïbes qui enchaîne les rebondissements.

Science-fiction, fantasy, fantastique et horreur
Ses parents étant morts à cause d’une explosion d’une foudre en boule, une arme redoutable, Chen consacre sa vie à élucider ce phénomène. Pour ce faire, il fréquente des laboratoires militaires d’armes expérimentales et une station scientifique soviétique désaffectée, en Sibérie. Après la trilogie « Problème à trois corps », Liu Cixin signe Boule de foudre (Actes Sud). Avec Asphyxies (Sémaphore), Sébastien D. Bernier aborde l’effritement de l’humanité. En 2093, Patrice sort de prison et souhaite plonger dans les jeux illégaux. Mais il se fait prendre et doit suivre un programme spécial en cohabitant avec une personne âgée. Sue Burke imagine la colonisation d’une nouvelle planète dans Semiosis (Albin Michel). Cinquante personnes, femmes et hommes, se sont établies sur une planète extrasolaire nommée Pax afin de recommencer une autre vie, laissant la guerre et la pollution de la Terre derrière eux. Mais la création de cet idéal ne sera pas si simple. Ces gens seront confrontés à plusieurs problèmes et embûches. Enfin, Damien Blass présente un premier roman de science-fiction avec L’enlèvement (Triptyque), dans lequel une communauté chrétienne prédit la fin du monde. Il y a aussi des enlèvements, des lumières anormales dans le ciel, des champs déformés et des rituels religieux. Intrigant !

À lire aussi
Rabaskabarnak, Éric St-Pierre (Québec Amérique)
Une cosmologie de monstres, Shaun Hamill (Albin Michel)
La fille dans la tour, Katherine Arden (Denoël)
Luna (t. 3) : Lune montante, Ian McDonald (Denoël)
Bouche cousue, Marilou Addison (De Mortagne)

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature policière
  4. La rentrée littéraire 2019 : Polar et littératures de l'imaginaire