Articles

Littérature jeunesse

exclusif au web
Le chemin des écoliers

Le chemin des écoliers

Par Hélène Simard, Les libraires, publié le 01/09/2006
Avec les bouquins qui résistent aux menottes potelées en passant par les histoires murmurées à l’heure du dodo et les albums parés des couleurs de l’arc-en-ciel, le jeune lecteur s’instruit en s’amusant. Chaque automne, alors que ce dernier est tout excité de son cartable et de ses habits neufs, la rentrée nous rappelle que les livres sont, à leur manière, d’excellents professeurs.
Un survol de l’automne 2006 permet de tirer certains fils conducteurs qui représentent autant de thématiques liées à l’enfance. On assiste de plus au retour de plusieurs stars, entre autres Billy Bob et Margot (Boréal); Louna et Mathieu (Québec Amérique); Toupie, Passepoil et Gilda (Dominique et compagnie). Ils sont nombreux, les ouvrages dignes de votre intérêt! Mais il a fallu faire nos devoirs... Voici donc quelques auteurs qui s’illustreront en classe… euh non, en librairie.

Du Père Noël et des princesses
Dès les premières feuilles rougies, un rondouillard bonhomme rouge à barbe immaculée, un petit prince et une ribambelle de nobles demoiselles feront la pluie et le beau temps! Ainsi, qu’il nie l’existence des gamins ou se camoufle sous l’identité d’un concierge, le Père Noël subit toute une cure de jeunesse grâce à Maryse Dubuc (Le Père Noël qui ne croyait plus aux enfants, Le Raton laveur), Élaine Turgeon et Robert Maltais (Le Père Noël travaille à mon école et Le Premier Noël du Père Noël, Québec Amérique), puis Pauline Gill (Dans les yeux de Nathan, Bouton d’Or Acadie).

Capricieux ou gracieux, les enfants de rois, quant à eux, ne sont pas toujours des élèves modèles. Aux Éditions Imagine, Anique Poitras interprète son conte préféré (Cendrillon), Gilles Tibo a conçu une héroïne intolérante (La Petite Princesse et le vent) et Pierrette Dubé, une échalote maladroite (Comment devenir une parfaite princesse en 5 jours). Chez Dominique et compagnie, Mireille Levert désennuie Alizarine (La Princesse qui avait presque tout) et Steve Adams, illustrateur montréalais, livre sa vision d’une histoire d’Oscar Wilde (Le Prince et l’Hirondelle). De leur côté, Kirsten Hall raconte la journée d’une mignonne friponne (Je suis une princesse, Scholastic) et Pascal Henrard, la façon dont une vraie «pie» se fait clore le bec par un prince amoureux (Princesse Blabla, De l’Isatis). Enfin, s’il existe un paradis des écrivains, le regretté Raymond Plante y trône sûrement, et c’est de là-haut qu’il verra publier le neuvième et dernier tome d’une des ses plus populaires séries (Marilou Polaire et le petit pois, La courte échelle), savoureux clin d’œil au conte de Hans Christian Andersen.

Quelle famille
Bon an, mal an, la naissance d’un frère ou d’une sœur et les relations parents-enfants constituent des sujets prisés. À preuve, Chistian Poslaniec explique le mystère de la naissance par le truchement d’une poule en chocolat (Chicotte, Du Rocher Jeunesse), Lucie Papineau raconte l’inquiétude de l’aîné quand la famille s’élargit et Carole Tremblay, l’atterrement de Monsieur et Madame RX5 lorsqu’ils constatent les défauts de fabrication de leur nouveau-né (Petite Ourse. Tu m’aimes pour toujours? et Le Petit Robot extra poutine, Dominique et compagnie); enfin, Brigitte Marleau raconte comment un bambin adorant les bébés doit accepter qu’il ne sera jamais maman (Un papa épatant, Les 400 coups).

Plusieurs intrépides auront également du fil à retordre avec leurs familles. La Noémie de Gilles Tibo s’interroge sur le comportement de sa mamie, obnubilée par les draps blancs (Grand-maman fantôme, Québec Amérique); le Lorian de Martine Latulippe, convaincu que son paternel tait un secret, passe des vacances à la mer mouvementées (Lorian Loubier, détective privé?, Dominique et compagnie); le héros de Lyne Vanier doit conquérir ses père et mère, trop occupés ailleurs (Les Malheurs de Pierre-Olivier, Pierre Tisseyre); les trois ados d’Anne Jutras (L’Ombre de l’oubli, Vents d’Ouest) souffrent d’amnésie alors que leurs parents sont partis en voyage d’affaires; la Anh de Pierre Roy voit son quotidien chamboulé quand sa famille déménage dans un salon funéraire (Pas de pitié pour les croque-morts, Hurtubise HMH), et les deux garçonnets de David Homel et Marie-Louise Gay (Voyages avec mes parents, Boréal Junior) en voient de toutes les couleurs avec leurs géniteurs. Enfin, Ariane Bertouille signe le premier album québécois mettant en scène une famille homoparentale (Ulysse et Alice, Remue-ménage).

Frousses et frimousses
La peur, ça se contrôle bien mal, surtout à l’époque de la crèche. Sans contredit, les tout-petits seront donc interpellés par les albums de Nadège Cochard (Une garderie pour Matéo, Imagine) et de Paule Brière (La Promenade : La garderie des Tiloupiots, tome 1, Le Raton laveur), tandis que les 6-8 ans frissonneront de plaisir grâce aux monstres de Dominique Demers (Le Gloubilouache, Les 400 coups), à la mariée cadavérique de Martine Latulippe (Julie et la dame blanche, Québec Amérique) et à une disciple de Nosferatu (Rouge Babine, vampire détective, La courte échelle). Au chapitre des sensations fortes, de l’aventure, de la fantaisie, de l’art et de l’Histoire, les jeunes auront droit à un cours accéléré! À commencer par l’Égypte, qui n’a pas fini d’étonner : Magda Tadros (La Femme roi : L’architecte du pharaon, tome 2, Hurtubise HMH), Sylvie-Catherine De Vailly (L’Énigme du tombeau vide, Trécarré), Évelyne Gauthier (Sombre complot au temple d’Amon-Râ : Snéfrou, tome 3, Pierre Tisseyre), et Jean Mohsen Fahmy (Alexandre au désert, L’Interligne) le montrent avec brio. Le Pérou est revisité par le globe-trotter Camille Bouchard (Le Sentier des sacrifices, La courte échelle), et l’Italie par la journaliste Corinne De Vailly (Le Sourire de la Joconde, Trécarré), qui signe également une nouvelle série à saveur celtique (Celtina, Les intouchables). Notre passé n’est pas en reste avec Jonathan L’Heureux, qui reconstitue la bataille des plaines d’Abraham (Sous le feu des canons, Joey Cornu) et Jean-Marc Phaneuf, qui projette le lecteur à l’époque de la colonisation (Jean du Pays, Trécarré).

En rafale, mentionnons les œuvres de Louise-Michelle Sauriol et Hervé Gagnon (Tableau meurtrier et Complot au musée, Hurtubise HMH), Laurent Chabin et Rachel Fontaine (L’Enfant vert et Le Secret d’Ariane, Michel Quintin), Fabrice Boulanger (Alibis inc., Québec Amérique), Louis Émond (Quand la vie ne suffit pas, Soulières), Maryse Dubé (La Corneille, Le loup de gouttière), Nicole Daigle (Le Mystère des terres noires, Bouton d’Or Acadie), Karine Gosselin (Le Mystère de la perle rouge, Boomerang) et Bryan Perro (La Fin des Dieux : Amos Daragon, tome 12, Les intouchables). Dans un registre plus comique, signalons les livres de Johanne Mercier, Marie-Hélène Vézina et Alain M. Bergeron (Le Génie de la potiche, Méo perd ses mots et La Clef des songes, FouLire), Lucie Bergeron (Les Compagnons des Hautes-Collines : Dagmaëlle, tome 1, Québec Amérique) et Bénédicte Froissart, qui propose trois nouveaux albums de l’incomparable Madame B (À la fête foraine, en croisière, en avion, Les 400 coups).

Envers et contre tous
Ouverture d’esprit, tolérance et curiosité constituent les bases d’une amitié solide et d’une compréhension du monde avisée. Ces qualités, déclinées sous un jour grave ou espiègle, forment le nœud des romans de Sylvain Meunier (L’Hirondelle noire, La courte échelle), Anique Poitras (Hasarius Lapupuce, Dominique et compagnie), Christiane Duchesne (Mordus de télé : Tordus tout court, tome 2, Boréal); Geneviève Côté (Quel éléphant?, Scholastic), Christian Carlin (Patagloum se fait kidnapper, Lauzier) et Michel Lavoie (La Cafetière de monsieur Latour, Vents d’Ouest). Les livres de François Barcelo (La Fatigante et le Fainéant, Soulières) et de Maryse Robillard (Les Réglisses de Béatrice, De la Paix) traitent, quant à eux, des relations entre jeunes et aînés, et Yves Nadon évoque la perte d’un ami (Mon chien Gruyère, Les 400 coups).

Concluons ce tour d’horizon avec deux inclassables. D’abord, un beau livre de l’anthropologue Serge Bouchard et illustré par Pnina Gagnon (Bestiaire des animaux de nos forêts, Du passage) qui enchantera les 7 à 77 ans. On y admirera vingt-deux bêtes, dont l’orignal, le caribou, la mouche à chevreuil et la truite grise. Puis, pour les 10 à 101 ans, un essai comico-philosophique d’Hélène Vachon (Les Saisons de Schouster, FouLire), premier titre d’une collection qui montre que rien ne sert de prendre la vie trop au sérieux!

Les écrivains mentionnés plus haut méritent tous une belle gommette. Cependant, on vous suggère de compléter vos recherches chez votre libraire préféré, histoire (peut-être) d’obtenir une meilleure note que nous!
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature jeunesse
  4. Le chemin des écoliers