Articles

Littérature jeunesse

exclusif au web
Des livres pour enfants qui dérangent les grands !

Des livres pour enfants qui dérangent les grands !

Par Annie Langlois, Monet, publié le 01/09/2001
Des romans et des albums qui bouleversent, gênent, importunent, troublent et chambardent l’opinion des adultes, voilà ce dont il sera question dans cet article qui, je l’espère, ouvrira de nouvelles avenues à des livres destinés aux enfants trop souvent laissés sur les rayons des librairies. J’ai volontairement choisi le terme «dérangeant» car il est vague et permet de désigner un grand éventail de réactions, des mieux contenues aux plus vives.
«Oh! Mais c’est épouvantable de donner ça aux enfants »

D’abord publié à l’Atelier du poisson soluble, une petite maison d’édition française, Savoir-vivre l’a ensuite été par Mijade, qui a acquis les droits et a eu l’audace de mettre ce livre à la disposition du public québécois. Chaque page présente en gros plan une fillette dont les réactions normales d’enfant engendrent des commentaires parfois virulents de la part d’un adulte mystérieux. Savoir-vivre est sans conteste dérangeant; il éveille un sentiment qui oscille entre le mauvais souvenir d’enfance et la pitié, mais au-delà de ce malaise, ce bouquin est surtout une bouée que pourrait saisir l’enfant subissant des violences morales.

«Quel livre dangereux ! Ça leur donnerait des idées!»

Il ne faut pas seulement se fier à l’aspect du livre pour déterminer le groupe d’âge auquel il s’adresse. Malgré son apparente simplicité, C’est dangeureux!, de Pittau et Gervais, ne s’adresse pas aux tout-petits, mais plutôt aux enfants d’entre 7 et 8 ans, car il est plein d’humour et doit être pris au second degré. L’innocence des enfants est incarnée par le personnage souriant, naïf et plein d’enthousiasme qui fait bêtise sur bêtise: «marcher sur des clous, c’est dangereux»; «agacer les abeilles, c’est dangereux», etc. La répétition inlassable de cette forme – action-conséquence –, toujours simplement illustrée, permet de déchiffrer la phrase dans la rigolade et au besoin, l’adulte médiateur termine la lecture par une discussion sur les mille et un dangers de la vie quotidienne.

«Mais, mais… j’y pige rien à ce bouquin!»

Nous, adultes, avons pour la plupart perdu l’imaginaire propre à l’enfance et, par conséquent, certains titres jeunesse nous sont inaccessibles. Dans ce domaine, mon coup de cœur va à Tout un monde, un petit pavé contenant quelque cent vingt pages de photographies et d’illustrations de tous styles. Aucun texte n’accompagne les images pour la bonne raison qu’un fil conducteur, transparent mais solide, lie les images entre elles. Chaque illustration renvoie à la suivante: un biberon amène un bol de lait suivi par la photo d’un petit déjeuner (avec verre de lait!) qui, à son tour conduit à une vache, etc. Ce livre est une boîte à surprises qui servirait merveilleusement bien de point de départ à une boîte thématique, et qui donnerait lieu à une foule de projets bricolage.

Voilà pour cette fois. Je garde mes mots et arguments pour un prochain article, je referme mes livres dérangeants et les range sous clé en prenant soin d’installer un petit panneau sur lequel j’inscris, à la manière de Pittau et Gervais, «c’est dangereux!»


***


Savoir-vivre, Yan Fastier, Mijade
C’est dangereux, Pittau & Gervais, Seuil Jeunesse
Tout un monde, Thierry Magnier (éditions)
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature jeunesse
  4. Des livres pour enfants qui dérangent les grands !