Articles

Littérature jeunesse

Le libraire - Numéro 74
Bilan littérature jeunesse 2012: À vos marques, prêts… courez!

Bilan littérature jeunesse 2012: À vos marques, prêts… courez!

Par Josée-Anne Paradis, Les libraires, publié le 10/12/2012

Alors que les aiguilles de l’horloge tournent plus vite que le vent, certains, petits comme grands, courent après le temps. Cherchant à fuir les conséquences de leurs espiègleries, plusieurs détalent pour éviter les soucis. Et, pour ces amoureux transis, c’est à la poursuite du cœur à aimer que certains se lancent dans une course effrénée.

Coureur de front
Derrière la littérature jeunesse se cachent parfois des monstres qui n’ont rien à voir avec des bêtes hirsutes à l’odeur pestilentielle. Ces créatures, les jeunes les côtoient à l’école, à la maison. Sur cette thématique, Le coup de la girafe (Soulières éditeur) aura frappé fort en 2012, mettant en vedette un coureur de fond, qui court, sans cesse, pour fuir ses détracteurs. En plus de ces truands, il doit composer avec un lourd retard mental et une situation familiale problématique. Dans une écriture sublime, avec une justesse de description des sentiments et l’empathie nécessaire, Camille Bouchard donne un texte puissant, magnifique, qui s’ancre bien au-delà de la simple question de l’intimidation. Aussi essentiel que ces histoires où pouliches et superhéros voltigent dans les cieux, Le coup de la girafe est un livre qui dérange, comme tout livre qui fait œuvre utile.

La course à l’amour
Album d’une tendresse inouïe, Quand l’amour court (Thierry Lenain et Barroux, Les 400 coups) réussit le difficile pari de décrire, en trente-deux pages aux illustrations aussi évocatrices que le texte, la douleur, la solitude, mais aussi l’espoir de la petite Paola dont le divorce de ses parents, qui se sont aimés trop rapidement, rembrunit le quotidien. D’une authenticité à faire pâlir d’envie tout créateur, ce livre démontre, avec sensibilité et douceur, que l’amour, bien qu’il soit aussi agile qu’un lièvre, peut parfois se perdre en chemin et ne jamais atteindre la ligne d’arrivée… Mais la vie, c’est beaucoup plus qu’une course à l’amour, nous apprend-on heureusement entre les lignes.

Trouver son second souffle
Bien installée dans le panthéon de la BD québécoise, en 2011, La Pastèque met ses connaissances graphiques et textuelles au profit de la littérature jeunesse. Fourchon, premier-né de sa collection, remporte le Prix des libraires 2012. Continuant sur sa lancée, l’éditeur n’a pas fini de nous couper le souffle puisque Virginia Wolf, une œuvre sensible aux références littéraires intelligemment intégrées, décoiffe. Signé par le même duo qui nous a offert Fourchon (Kyo Maclear et Isabelle Arsenault), Virginia Wolf invente une vie à cette écrivaine et à cette artiste peintre en devenir, alors que l’aînée grogne aussi fort qu’un loup affamé et que la plus jeune lui ouvre, avec une patience exemplaire, son cœur et son imaginaire. Une œuvre qui, certes, a du souffle.

Médaillé de course longue durée
Marathonien de l’écriture, François Gravel ajoute cette année plusieurs titres à sa feuille de route déjà bien remplie, dont deux fabuleux documentaires publiés chez Québec Amérique qui obligeront les jeunes à avouer qu’apprendre, ça peut être rigolo. Alors que Le guide du tricheur propose mille et une façons de s’amuser aux jeux de société autrement qu’en suivant les règles, Schlick!retrace l’histoire cocasse des mots, de leur apparition à leur glissement de sens.

Et pour terminer, une mention spéciale à Fabrice Boulanger et son audacieux Ma sœur veut un zizi (La Bagnole), où la cadette découvre que l’anatomie de son frère diffère de la sienne. Course à travers la maison pour atteindre cet objet de curiosité, l’histoire de cet ouvrage aidera bien des parents à expliquer à leurs petits pourquoi les filles n’ont pas de zizi!

Autres incontournables:
Corrine De Vailly | « Mélusine et Philémon » (t. 1 et t. 2) (Hurtubise)
Jocelyn Boisvert | Le jour où j’ai perdu la tête (Soulières éditeur)
Dominique Demers | Le secret des dragons (Dominique et compagnie)
Annie Bacon| Victor Cordi (La courte échelle)
Martine Latulippe| Le voisin, Rosa, les poissons et moi (Foulire)

 

TOP 3 – Jeunesse
Par la librairie Daigneault (Saint-Hyacinthe)

Minou Minou
Marie-Francine Hébert et Lou Beauchesne, Planète Rebelle, 48 p., 18,95$
Eh oui, il se fait autre chose que du livre audio chez Planète rebelle! Une superbe réussite que ce magnifique album racontant l’histoire d’amour entre un chat et sa maîtresse. À lire en ronronnant!

Hockey de rue
David Skuy, Hurtubise, 240 p., 12,95$
Une histoire de gars, une histoire qui parle de hockey, bien sûr, mais aussi de l’itinérance chez les jeunes et de sa dure réalité. Une histoire d’espoir et d’amitié, écrite pour les garçons, qui les convaincra d’aimer la lecture. 

Le cri de Léa
Jean-François Sénéchal, Leméac, 168 p., 12,95$
À l’origine de cette histoire, un cri, qui bouleversera trois existences. Un petit récit unique, comme il s’en fait peu, magnifiquement bien écrit, tout en restant accessible, et qui nous pousse à voyager loin dans la littérature.

 

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature jeunesse
  4. Bilan littérature jeunesse 2012: À vos marques, prêts… courez!