Actualités

Les prix littéraires

exclusif au web
Le Goncourt de la poésie à Charles Juliet

Le Goncourt de la poésie à Charles Juliet

Par Isabelle Beaulieu, Les libraires, publié le 04/12/2013

Charles Juliet est le récipiendaire du Prix Goncourt-Robert Sabatier qui honore l’ensemble de son œuvre. Il écrit de la poésie mais aussi des journaux et du théâtre. Ses livres s’inscrivent dans une recherche de vérité personnelle, de quête intérieure que transcende l’écriture pour rejoindre l’universalité des lecteurs.

Ma maison de mots, je la construis avec un grand souci de simplicité, de clarté, de rigueur. Pour bien recevoir mes mots, confie-toi au silence, rends-toi léger, transparent et laisse-toi bercer, porter, entraîner. Accueils, Journal IV

Il est né à Jujurieux (Rhône-Alpes) en 1934 et vit maintenant à Lyon. Bien qu’il écrive depuis 1972, c’est en 1989 qu’il se fait davantage connaître avec L’année de l’éveil qui remporte le Grand Prix des lectrices Elle en 1989. Ce livre est un récit autobiographique sur ses années au Lycée militaire. Ce livre fut porté à l’écran en 1991 par Gérard Corbiau. En 1995, avec Lambeaux, il poursuit son œuvre intime en racontant l’histoire de ses mères, biologique – celle qui fut internée alors que Charles n’avait que trois mois - et adoptive – celle qui a recueilli le petit garçon pour en prendre soin.

Lorsqu'elles se lèvent en toi, que tu leur parles, tu vois s'avancer à leur suite la cohorte des bâillonnés, des mutiques, des exilés des mots;écrivant, tu les tireras de la tombe. Leur donneras la parole. Formuleras ce qu'elles ont toujours tu.

Dans ses sept journaux, il poursuit honnêtement l’examen de ses sentiments et de ses réminiscences. L’écriture pour Juliet est une manière de faire connaissance avec soi même et de plonger dans les profondeurs, aussi laids et bourbeux soient les souvenirs. Lire Charles Juliet, c’est un moment de confidences qu’on fait à l’ami car s’il nous parle de lui, il nous parle aussi de nous-mêmes.

Écrire c’est exprimer cette part de soi qu’on découvre chez autrui, cette part d’autrui qu’on reconnaît en soi-même. (Lueur après labour, Journal III)

Photo de Charles Juliet: Sylva Villerot

Radio-Canada

ChezAlice

 ibeaulieu@leslibraires.ca

 

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Les prix littéraires
  4. Le Goncourt de la poésie à Charles Juliet