Actualités

Les libraires conseillent

exclusif au web
Les libraires conseillent : octobre 2017

Les libraires conseillent : octobre 2017

Par Isabelle Beaulieu, publié le 01/10/2017

Les libraires conseillent répond à la demande des lecteurs avides de suggestions. Chaque mois, un comité formé d’une quinzaine de libraires établit, après moult discussions passionnées et passionnantes, une sélection de cinq livres. 

Essais, BD, romans jeunesse ou pour adultes, d’ici comme d’ailleurs, ces cinq livres sont mis de l’avant dans les librairies membres de notre réseau. Cette initiative est une belle occasion de promouvoir des livres jugés particulièrement remarquables, ainsi que de valoriser le rôle primordial de votre libraire. 

Voici la sélection d'octobre :

 

Manikanetish
Naomi Fontaine (Mémoire d'encrier)

« Mue par le désir de retrouver ses racines, une jeune enseignante laisse tout derrière elle pour revenir à Ushua, sur la Côte-Nord, réserve innue qu’elle a quittée alors qu’elle n’était qu’une enfant. C’est à travers ses yeux, avec ses mots empreints de poésie, que nous allons à la rencontre de Marc, de Myriam, de Mikuan et de tous ces élèves qui luttent au quotidien. Elle affrontera avec eux bien des tempêtes et ce qu’elle découvrira en eux la bouleversera. Naomi Fontaine nous livre ici une galerie de portraits d’une grande humanité portée par une plume sobre et majestueuse à la fois. »
Mélanie Langlois, Liber (New Richmond)

 

 

Le jeu de la musique
Stéfanie Clermont (Le Quartanier)

« Œuvre romanesque prenant les traits d’un recueil de nouvelles, Le jeu de la musique s’impose par sa construction solide et habile, ses personnages riches et vrais et un style assurément maîtrisé. Et à la clé une charge émotive incontestable. On osera le dire : Le jeu de la musique pourrait bien être le grand roman d’une génération. »
Denis Gamache, Au Carrefour (Saint-Jean-sur-Richelieu)

  

 

Noms fictifs
Olivier Sylvestre (Hamac)

« Noms fictifs, personnes réelles. Des gens prisonniers de leurs dépendances poussent la porte d’un centre de répit pour toxicomanes afin de prendre une pause avec lasagne décongelée, douche et lit. Un temps d’arrêt de 48 heures maximum, après, c’est le retour à la réalité. Olivier Sylvestre nous raconte avec compassion ces gens que nous croisons sans vouloir les voir. Un livre rempli d’humanité, une plume magnifique qui met un peu de beauté sur cette dure réalité. »
Marie-Hélène Vaugeois, Vaugeois (Québec)

  

 

Mammouth Rock
Eveline Payette, Guillaume Perreault (La courte échelle)

« Quelle délicieuse découverte! Lecture hilarante, s’il en est, Mammouth rock se veut une joyeuse invitation à l’imaginaire d’un gamin dégourdi qui fait de son oral un véritable spectacle. Louis offre son exposé sur les mammouths, empreint de digressions rigolotes, à un auditoire captivé au point d’y sacrifier la récréation. Petits et grands se délecteront de ce miniroman graphique au dynamisme contagieux, du texte d’Eveline Payette, des illustrations vives de Guillaume Perreault et de la présentation aussi inventive que géniale. »
Chantal Fontaine, Moderne (Saint-Jean-sur-Richelieu)

 

Giant (t. 1)
Mikaël (Dargaud)

« Dans le New York de la Grande Dépression, des hommes risquent leur vie pour construire le gratte-ciel de Rockefeller. Parmi eux, celui qu'on appelle Giant, grand gaillard de peu de mots capable de boulonner des poutres d'acier à mains nues. Par sympathie, ou peut-être par nostalgie, Giant usurpera l'identité d'un collègue mort sur le chantier pour entretenir une correspondance avec sa veuve restée en Irlande. Mais son passé reviendra bientôt le hanter. Un scénario béton intégrant la petite histoire dans la grande, des illustrations grandioses, un découpage de maître : Mikaël fait une nouvelle fois la preuve de son immense talent. Le premier tome de ce diptyque est sans aucun doute l'une des bandes dessinées les plus remarquables de l'année! »
Anne-Marie Genest, Pantoute (Québec)

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Les libraires conseillent
  4. Les libraires conseillent : octobre 2017