Actualités

Le monde du livre

exclusif au web
Le fusil jaloux de Verlaine aux enchères

Le fusil jaloux de Verlaine aux enchères

Par Isabelle Beaulieu, publié le 17/01/2017

On ne peut pas vraiment qualifier cela de romantique, mais la scène mythique où le poète Paul Verlaine tire sur son amant Arthur Rimbaud démontre tout de même les ardeurs que celui-ci avait pour celui-là. C’est en 1871 que les deux poètes maudits se rencontrèrent. Verlaine a 27 ans, est marié à Mathilde Mauté de qui il attend un premier enfant, tandis que Rimbaud n’est âgé que de 17 ans.

Dès le début, ils s’enverront des lettres ardentes, puis ils décident de s’enfuir ensemble, passant quelques mois en Angleterre pour atterrir finalement en Belgique, à Bruxelles, en juillet 1873. Pendant tout ce temps, leur relation est toutefois tumultueuse, souvent imprégnée par les « paradis artificiels », pour citer un autre poète du XIXe siècle. Lors d’une de leurs querelles, Rimbaud annonce à Verlaine qu’il désire mettre un terme à leur histoire et compte regagner Paris.

Le matin du 10 juillet 1873, Verlaine se rend chez l’armurier où il achètera le fameux fusil, un pistolet de sept millimètres à six coups. Il rentre à leur hôtel (À la ville de Courtrai, situé au 1, de la rue des Brasseurs) après être allé boire quelques coups dans les bars des environs. Arrivé à la chambre, Verlaine est sous l’emprise de l’alcool, ce qui n’a pas pour effet de calmer ses feux. C’est là qu’il tire deux fois en scandant à l’attention de Rimbaud « Voilà pour toi puisque tu pars! »  Un des coups blessera Rimbaud au poignet, l’autre ira se perdre au plancher. Les amants se rendent à l’hôpital, mais Verlaine reste impétueux. Rimbaud le rend donc à la police.

Verlaine sera emprisonné deux ans à Mons, ce qui est beaucoup pour l’époque. La tentative de meurtre est évidemment en cause, mais ce qui vaut un décret si sévère à Verlaine c’est plutôt à cause de sa relation homosexuelle qui apparaît comme un acte de dépravation.

C’est donc ce pistolet légendaire qui a été mis aux enchères en novembre dernier par la maison Christie’s. La valeur réelle de l’arme est évaluée à environ 77 000$ canadien et a été achetée aux enchères à près de 607 000$ canadien. Elle a été acquise par un acheteur qui participait à l’encan par téléphone. Son identité n’a pas été dévoilée.

 

Le revolver, un modèle Lefaucheux de calibre 7 millimètres, avec lequel Verlaine tenta de tuer Rimbaud en juillet 1873 à Bruxelles. Photo : Emmanuel Dunand/AFP

Sources :

Le Monde

The Guardian

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Le monde du livre
  4. Le fusil jaloux de Verlaine aux enchères