Actualités

Le monde du livre

exclusif au web
Frédérick Wolfe répond au questionnaire des Libraires

Frédérick Wolfe répond au questionnaire des Libraires

Par Josée-Anne Paradis, Les libraires, publié le 22/12/2016

Enfant, Frédérick Wolfe rêvait de devenir bédéiste. Devenu grand, il œuvre dans différentes sphères qui ont toutes en commun l’écriture (scénariste, rédacteur publicitaire, nouvelliste, etc.). Dans son premier album, Des roches plein les poches (Fonfon), il aborde la thématique de l’isolement chez une petite fille, engendré par les trop nombreuses chicanes de ses parents; Alice, devant sa famille brisée, a décidé de ne plus parler. Mais bien entendu, Frédérick Wolfe sait comment lui redonner le sourire. Découvrez cet auteur grâce au questionnaire des Libraires.

Décrivez-nous le lien qui vous unit à votre éditeur.
Mon manuscrit Des roches plein les poches ne pouvait pas mieux tomber qu’entre les mains de Véronique Fontaine. J’ai beaucoup d’admiration pour le travail acharné qu’elle fait et j’ai une totale confiance envers elle et son équipe. Je me réjouis de cette rencontre.

Décrivez-nous votre endroit de prédilection pour écrire.
Depuis un an, je partage un atelier (L’Usine 307) avec des illustrateurs. Après trop d’années à écrire en solitaire, côtoyer d’autres artistes inspirants qui travaillent tous très fort est un puissant moteur de création et un frein (imparfait) à la procrastination. Quitter la maison, marcher et voir des humains m’est devenu indispensable.

Avez-vous des manies quand vous écrivez?
Je grimace beaucoup en imitant les expressions et les émotions que je veux donner aux personnages. Et une fois trouvées, j’enfile les phrases en tapant vraiment trop fort sur le clavier.

Comment choisissez-vous les noms de vos personnages?
Je trouve ça pénible et j’aurais parfois envie que toutes les filles s’appellent Sophie et les gars Jean-François. Je privilégie des noms crédibles et simples plutôt que des noms porteurs de sens parfois trop arrangés avec le gars des vues. Monsieur Boileau pour un ancien ivrogne… nan!

 (Illustration : Marie-Ève Tremblay)

Votre personnalité dans la vie est-elle similaire à celle de certains de vos personnages?
Je mets rarement en scène des alter ego, mais il y a toujours une parenté entre l’intériorité des personnages et la mienne. Enfant, femme âgée, jeune bum, y a toujours ici et là un regard sur le monde, une sensibilité et une émotion qui m’appartient aussi. 

Quel type d’enfant étiez-vous?
Timide, plutôt solitaire et rêveur. Occupé à m’inventer des univers, un paquet de Prismacolor et beaucoup de feuilles étaient le début d’un très bel après-midi.

Parlez-nous de votre parcours.
J’ai fait des études en cinéma où j’ai compris que l’écriture était ce qui me plaisait le plus. Le hasard m’a mené à travailler en publicité comme rédacteur, où j’ai appris à écrire et jouer avec les idées tous les jours sans attendre la surévaluée grande inspiration. Mais entre deux pubs de yogourt, j’écrivais des scénarios et des histoires en rêvant d’en faire mon métier. Le rêve est finalement devenu réalité.

Quel autre artiste (autre qu’un écrivain) vous inspire?
Robert Lepage pour son approche de la création. Il cherche sans cesse de nouvelles idées et angles de vue au lieu de figer trop vite les choses. Créer dans l’idée d’exploration ouvre des portes qu’on aurait tort de vouloir à tout prix garder fermées.

Le dernier livre lu est…
Questions d’écriture de Jean-Jacques Pelletier.

Quel est votre rapport avec les technologies?
Nécessaire et dérangeant. Pour écrire, je profite des ressources de Word, Final Draft, Antidote, DropBox, Internet, Evernote, Spotify… qui me permettent de travailler efficacement sur plein de projets à la fois. Mais, ça veut dire avoir un outil de travail branché aussi sur les courriels, les réseaux sociaux… et toutes les distractions que l’on connaît.

 

Des roches plein les poches (Fonfon)
Illustré par Marie-Ève Tremblay

[Résumé de l’éditeur] Alice se sent seule. Chez elle, il y a souvent des disputes. Pour tenter de se libérer, elle ramasse des cailloux à qui elle confie ce qui rend son petit cœur tout mou. Mais bientôt, les roches pèseront trop lourd. Alice arrivera-t-elle à se soulager de ses tracas et à se décharger de toutes les roches qu'elle a plein les poches? Un album sur l'importance de briser l'isolement dans les moments éprouvants, qui sensibilisera l'enfant aux forces qui sommeillent en lui.

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Le monde du livre
  4. Frédérick Wolfe répond au questionnaire des Libraires