Actualités

Le monde du livre

exclusif au web
Deux romans québécois adaptés au cinéma

Deux romans québécois adaptés au cinéma

Par Isabelle Beaulieu, publié le 17/04/2014

La fiction littéraire inspire bien des réalisateurs et les œuvres des auteurs québécois ne font pas exception. Deux adaptations cinématographiques sont prévues dans les prochains mois, à commencer par celle du récit Et au pire, on se mariera de la Franco-québécoise Sophie Bienvenu. C’est la réalisatrice Léa Pool (Anne Trister, Emporte-moi, Maman est chez le coiffeur) qui est sur le projet, dont elle a écrit le scénario avec Sophie Bienvenu et qui s’apprête à être soumis aux diverses sources de financement pour permettre sa réalisation.

Ce n’est pas la première fois que Léa Pool suggère un film dont l’histoire est issue d’un livre. Elle l’a fait entre autres avec le roman Kurwena ou La part des êtres d’Yves Navarre qui devient en 1988 le film À corps perdu, ou encore le titre Une belle mort de Gil Courtemanche qui se transforme en La dernière fugue, le plus récent long-métrage de fiction de la réalisatrice.

Le décor de Et au pire on se mariera se situe dans le quartier Centre-Sud de Montréal et nous présente la vie d’Aïcha, 13 ans, qui nous raconte son éveil à l’amour avec un style et un langage qui ne ménagent en rien le lecteur.

« Sa crisse de perruche… Un jour, je vais la faire cuire, je te jure. Elle passe son temps à piou-piouter, ou je sais pas quel son c’est supposé faire cet oiseau-là. La seule façon d’y faire fermer la gueule, c’est de lui mettre un drap dessus.
Un jour, j’ai essayé de faire la même chose avec ma mère… T’aurais vu ça, la raclée que j’ai prise, après ! Mais ça valait totalement la peine… »

Hâte de savoir qui sera de la distribution de ce film.

Les droits cinématographiques de Scellé plombé, le plus récent roman de Maxime-Olivier Moutier, appartiennent désormais au producteur Roger Frappier. Tout porte à croire que c’est le cinéaste Mathieu Roy (L’autre maison) qui en assumera la réalisation puisque c’est lui qui a demandé à Frappier d’en acquérir les droits.

Scellé plombé, autre monologue au féminin mais cette fois-ci écrit par un homme, est la radiographie d’une relation amoureuse qui ébranle par sa percutante lucidité.

« Tu faisais des blagues et je ne riais pas. Tu traversais la moustiquaire avec ton drink à la main et je trouvais ça normal. Je criais à l'aide parce que je m'étais enfermée dans le garage et qu'il commençait à faire froid, et tu ne m'entendais pas. Je t'entendais prendre une douche, je criais, et tu ne répondais pas. Tu te déguisais pour faire peur aux enfants, et je ne te trouvais pas drôle. Tu faisais des jus d'orange et je n'en voulais pas. Tu rêvais d'un appartement au centre-ville et je voulais une ferme à La Prairie. Tu prévoyais aller au zoo et je n'avais pas le temps. Je te proposais d'aller au resto, pour occuper l'ennui, et tu souffrais de diarrhée une demi-heure avant de partir. »

Deux films aux histoires et aux personnages féconds qu’il nous tarde de voir au grand écran.

Québec Huffington Post

Facebook des Éditions Marchand de feuilles

 

ibeaulieu@leslibraires.ca 

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Le monde du livre
  4. Deux romans québécois adaptés au cinéma