Actualités

Le monde du livre

exclusif au web
De l’absurdité des prix littéraires?

De l’absurdité des prix littéraires?

Publié le 30/10/2015

La vie littéraire de Mathieu Arsenault était un lauréat tout désigné pour le Prix Spirale Eva-Le-Grand, qui récompense depuis 1995 un essai portant sur les arts, les lettres ou les sciences humaines, ou sur toute question touchant la culture. Mais c’était sans compter sur le refus du principal intéressé, qui en a contre « l’économie générale des prix littéraires ».

Séduit par le texte d’Arsenault, le jury de l’édition 2015 saluait « la force remarquable de son écriture et sa grande liberté de pensée » et reconnaissait « dans cette œuvre des qualités frappantes d’originalité critique qui se déploient à travers une forme sans concession qui soutient un propos sur la vie littéraire contemporaine aussi caustique que jouissif. »

Mathieu Arsenault, avisé de sa présence parmi les finalistes, avait demandé d’être retiré de la liste. Une directive que le jury avait d’abord accepté, mais qui n’a pas été respectée par la suite.

Pour expliquer son refus, l’écrivain a publié une longue entrée sur son blogue. Le texte vaut le détour pour comprendre sa position, bien sûr, mais également pour se questionner sur la place (trop?) importante qu’occupent les prix littéraires dans le milieu du livre.

Ça commence ainsi (et ça se poursuit ici) :

« En juin dernier, le comité du prix Spirale Eva-Le-Grand m’a écrit pour m’informer que mon dernier livre, La vie littéraire, avait été mis en nomination. J’ai demandé qu’on le retire de la liste. Parce que je n’approuve pas ce qu’on pourrait appeler, faute de mieux, l’économie des prix littéraires et que, pour ne pas rester cynique face à cette économie, j’ai fondé une organisation qui s’appelle, comme le livre, l’Académie de la vie littéraire. […]

On n’en parle pas souvent, mais le principe même des prix littéraires pose problème, comme des prix culturels en général, en musique, en cinéma, en arts visuels, etc. Chercher à récompenser la meilleure œuvre parmi toutes les autres de façon annuelle est une entreprise absurde à plus d’un égard. Pour faire simple, « chercher à récompenser » pose problème, « la meilleure œuvre parmi toutes les autres » pose problème, et « de façon annuelle » pose aussi problème. »

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Le monde du livre
  4. De l’absurdité des prix littéraires?