Actualités

Le monde du livre

exclusif au web
C'est parti pour la Saison de la lecture de Montréal!

C'est parti pour la Saison de la lecture de Montréal!

Par Isabelle Beaulieu, publié le 12/09/2014

Du 12 septembre au 24 novembre aura lieu la troisième édition de la Saison de la lecture de Montréal. Belle excuse pour parler livres avec sa porte-parole, Claudia Larochelle.

Le thème de cette année est plutôt audacieux : «La lecture a réponse à tout». En quoi la littérature éclaire-t-elle nos vies?

J’irais jusqu’à dire que la lecture peut même sauver la vie. Ça a été le cas pour moi dans la vingtaine avec Les mots pour le dire de Marie Cardinal… Parce que bien sûr, la lecture apporte des connaissances, elle fait rêver, elle répond à des questions, mais surtout, elle met des mots sur des sentiments complexes, elle les démêle. Elle permet de réaliser à travers ses histoires qu’il y a une vie à l’extérieur de nos murs, de notre famille, de notre village ou de notre pays. Quant à l’auteur, il peut devenir un ami qui pense comme nous. Quand on se sent marginal, c’est rassurant de se sentir accompagné ou compris.

Pourquoi a-t-on besoin de faire la promotion de la lecture ?

Parce qu’il n’y a pas assez de livres dans les bibliothèques scolaires, parfois, ces bibliothèques servent d’entrepôt, de local de musique, de salle d’enseignants, bref à tout sauf à lire… Parce qu’il y a des jeunes qui n’ont pas la chance de grandir entourés de livres à la maison. Alors, c’est au livre de se rendre jusqu’à eux… Parce qu’il y a des gens de tous âges qui n’ont pas encore trouvé LE livre qui leur donnera envie d’en dévorer mille autres. Parce qu’il y a ici bon nombre d’écrivains de langue française, en dehors des stars du livre, qui méritent tout autant d’être découverts et de vivre de leur art ou du moins d’oser y rêver. Parce que notre langue française est si jolie, précieuse, essentielle et tristement menacée. La lire, c’est se rappeler à quel point elle compte, c’est participer à lui garantir un avenir.

À titre de porte-parole, en quoi consiste votre rôle et pourquoi avoir accepté de l’endosser ?

Mis à part d’être plus présente pour parler de lecture dans les médias, mon rôle ne sera pas différent des dernières années pendant lesquelles j’ai transmis mon amour des mots comme journaliste, animatrice ou auteure. C’était donc tout naturel pour moi, tout en étant évidemment un honneur. J’espère être à la hauteur des attentes et j’y mettrai tout le temps nécessaire.

En quoi la littérature est-elle différente des autres formes d’art? Que peut apporter la voix des écrivains?

Les écrivains sont les ambassadeurs de leur coin de pays, ils incarnent à travers leurs mots, leurs expressions et leurs idées l’Histoire, la culture, le patrimoine, l’essence vitale d’un endroit du globe. Lorsqu’elles sont libres et affranchies, leurs voix sont des barrages contre toutes sortes d’envahisseurs qui appauvrissent ou menacent les richesses et valeurs d’un peuple. Les écrivains peuvent sauver une langue, des pensées, faire sauter des préjugés et participent à l’évolution d’une société. Et puis, plus simplement, ils divertissent aussi!

Avec la situation précaire que connaissent les librairies, la multiplication des sources de divertissement qui déconcentrent les jeunes de la lecture, un ministre de l’Éducation qui n’a rien pour aider la cause, êtes-vous tout de même optimiste concernant le sort de la lecture?

Je ne suis pas de nature si optimiste en général, mais dans ce cas précis, oui, je le suis! Je remarque ces derniers mois que les gens sursautent et se soulèvent quand ça dérape et qu’ils sentent la lecture menacée. Ça transparaît peut-être plus avec les réseaux sociaux, mais je note une sorte de réveil qui n’est d’ailleurs pas présent qu’au sein de la classe des intellos ou des gens des milieux culturels, ça se propage et ça gagne du terrain chez des gens de partout. Ce soulèvement ne sera jamais assez marqué et c’est pour ça que la Saison se doit d’exister. Faudra longtemps penser à des stratégies pour mettre la lecture à l’avant-plan. La Saison sert beaucoup à rappeler que les bibliothécaires et libraires sont eux aussi des passionnés qui savent conseiller des lectures.

Comment peut-on transmettre le goût de la lecture?

En rendant les livres disponibles, présents, visibles à la maison, dans la rue, au restaurant, à la garderie, dans le métro, à l’école!!!... Je rêve peut-être, mais je me dis même parfois qu’à l’hôpital à la naissance de chaque enfant, on devrait lui remettre un premier livre afin qu’il ait de quoi découvrir les mots une fois rendu à la maison. Il me semble que ça commencerait bien la vie ça!

Que peut-on suggérer à un ado qui n’aime pas lire?

On pourrait l’amener à la bibliothèque, l’abonner et lui montrer le choix, lui mettre entre les mains des titres qui rejoignent ses intérêts, ne serait-ce qu’un livre sur le soccer, la mode, voire même une biographie d’un jeune acteur ou d’une chanteuse qu’il affectionne… Ensuite, on peut lui soumettre des livres qui piquent la curiosité. J’ai déjà offert à un jeune qui n’avait jamais vraiment lu, L’art d’avoir toujours raison de Shopenhauer. Avec un titre comme ça! Il l’a tout lu pour être bien sûr d’avoir des bons arguments à la maison pour obtenir des permissions. Il est ensuite allé se chercher d’autres essais de philosophes en librairie et vient tout juste d’entrer à l’université. Je suis fière de mon coup! Dire qu’au départ, je voulais juste lui faire une blague pour son anniversaire.

Vous qui êtes constamment entourée de lecteurs et de livres - encore plus, vous en écrivez vous-même -  pourriez-vous nous nommer quelques-uns de vos titres préférés, question d’être inspirés pour bien commencer la Saison?

Jusqu’à maintenant en cette saison de nouveautés, j’ai aimé B.E.C. Blonde d’entrepreneur en construction de Suzanne Myre, Je suis là de Christine Eddie, Nous étions le sel de la mer de Roxanne Bouchard, Chevrotine de Éric Fottorino, Albert 1er, le roi du rot de Simon Boulerice, Duras l’impossible de Danielle Laurin, Métier critique de Catherine Voyer-Léger, Mr Gwyn d’Alessandro Baricco, Romain Gary, Le sens de ma vie, entretien avec Romain Gary, Charlotte de David Foenkinos.

Pour tout savoir sur les activités de la Saison de la lecture, rendez-vous sur le site de l’événement : Saison de la lecture

 

ibeaulieu@leslibraires.ca

 

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Le monde du livre
  4. C'est parti pour la Saison de la lecture de Montréal!